AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous recherchons en priorité des hommes
Le forum est optimisé pour mozilla firefox et google chrome
MISE EN PLACE DU NOUVEAU DESIGN, MERCI DE VOTRE PATIENCE. design signé wokoi

Partagez | 
 

 Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |   Dim 27 Sep - 18:45



Susan Mayer ?! Nan, piiiiire !
Sybille & Léandro...


.


    « Je frappes ? Je frappe pas ?! Nan mais j’ai l’air de quoi à frapper à la porte d’un gars que je connais à peine et avec qui j’ai passé une nuit, une seule et à qui j’ai jamais reparlé ! Je suis vraiment conne ! Et puis quoi encore ?! Comme si j’allais vraiment avoir le droit à sa super aide à deux balles ! Arrête de parler toute seule Sybille ! T’as l’air idiote ! Haaan c’est pas vrai ! Mais qu’est-ce que je fous là moi ?! ». Soupirant bruyamment, la jeune femme passa une main dans ses cheveux trempés, l’eau dégoulinant sur ses épaules nues. Mais qu’est-ce qu’elle foutait donc là ?! Dans cette tenue en plus ?! N’était-elle pas assez humiliée pour en plus venir frapper à la porte de quelqu’un dans cette tenue mais qu’importe, elle avait vraiment trop besoin de son aide ! Se décidant enfin à frapper, Sybille approcha son poing fermé de la porte en bois sombre devant laquelle elle débattait avec elle-même depuis bien… cinq minutes environs ! Personne ne venait ou ne descendait dans les grands escaliers alors pourquoi ne pas improviser un petit débat intérieur avec elle-même pour savoir si oui ou non elle avait bien choisit son sauveur d’un jour. Elle aurait pu appeler Nate… Mais non ! Elle n’allait pas gêner son colocataire en plein boulot ! Ce n’était pas du tout possible ! Le pauvre ! Déjà qu’elle lui faisait assez la misère lorsqu’il était là, ce n’était pas pour qu’elle continue à lui pourrir la vie, même lorsqu’il bossait et qu’il pouvait s’évader de sa colocataire quelque peu maladroite… Il y avait bien Théo mais non ! Il allait encore essayer de la désarçonner, de se moquer d’elle et de l’observer très étrangement alors valait mieux prendre quelqu’un de neutre ! Malheureusement pour elle, Sybille ne pouvait pas non plus prendre une femme, bah ouais, la plomberie et les femmes ça faisait toujours cinq alors il ne restait plus qu’une personne dans tout ça qui soit assez prêt, assez agréable et assez neutre : Léandro Francesci. Il était gentil, il n’allait pas s’attarder sur sa tenue, il n’allait pas faire de vague et il allait se dépêcher parce qu’il était serviable. Enfin ça, c’est ce qu’elle espérait fortement alors qu’elle repassait sa main dans ses cheveux bruns détrempés. Plus elle y pensait, et plus elle se disait qu’elle avait été vraiment trop idiote pour ne pas s’habiller un minimum, trop effrayé par ce qui se passait. Elle était vraiment trop idiote ! Comment avait-elle pu sortir comme ça ?!

    Baissant les yeux, Sybille se mordit la lèvre inférieure avec gêne. Ne porter qu’une serviette blanche pour seul vêtement n’était pas vraiment très élégant. Mais que pouvait-elle faire ?! Elle n’allait pas arriver habillée comme madame la marquise non plus mais elle n’avait pas vraiment eut le temps de prendre des affaires correctes, se ruant dans l’escalier pour courir vers l’appartement qu’elle savait habiter par un homme qui allait pouvoir l’aider avant qu’elle ne fasse vraiment une grosse connerie. Mais qu’avait-elle pu bien faire ?! Et bien, vous savez comment est composée une douche ? Très bien. Alors Sybille était en train de prendre sa douche lorsqu’elle avait découvert quelque chose d’étrange au robinet. Sa curiosité maladive touchée en plein centre, elle avait eut cette envie irrépressible de s’approcher pour voir ce qu’il y avait de gênant. Tripotant l’assemblage, la jolie brune avait réussit à casser quelque chose, l’eau finissant par inonder la salle de bain. Immédiatement, la panique l’avait prise au dépourvu et elle avait poussé un cri strident, éteignant tout et se prenant une giclée d’eau dans le visage. Elle s’était retrouvée à terre avant de n’avoir pu dire ouf. La suite ? Elle avait attrapé une serviette rapidement avant de courir vers l’appartement de Léandro. Pathétique comme histoire hein ?! Franchement ! Elle n’aurait pas pu s’occuper de ses affaires au lieu de venir tripoter la plomberie, le seul sujet au monde dont elle le connaissait strictement rien ! Il fallait qu’elle vienne à casser quelque chose dont elle n’avait même pas connaissance et, naturellement, il fallait qu’elle inonde la salle de bain en prime ! Mais qu’est-ce qu’elle était vraiment idiote ! Comment pouvait-on faire aussi fort qu’elle ? Comment pouvait-on réussir cet exploit pitoyable sans être Sybille Visconti ?! A croire que les malheurs du monde venaient de tomber sur sa personne et qu’elle devait en subir les conséquences désastreuses pour son pauvre appartement. Heureusement que ce dégât n’avait touché que la salle de bain, sinon là ça aurait été vraiment gênant ! Quoi que… Pouvait-elle faire vraiment pire que ça ?!

    Mais que foutait-il bon sang ?! Observant la porte avec une folle envie de la détruire seulement avec le regard, elle se mit à marcher de droite à gauche, tournant parfois sur elle-même, trouvant le temps très, très long. Etait-ce vraiment dieu qui se moquait d’elle en la faisant dégouliner d’eau devant la porte de Léandro, comme pour la punir de l’idiotie qu’elle venait de faire ? Noooon, dieu n’allait pas s’en prendre à elle de cette façon là, il était bien plus inventif que ça quand même ! Se mettant même à siffloter, Sybille frappa une seconde fois avant de se mettre à jurer toute seule. Le temps défilait avec une lenteur horriblement énervante. Elle poussa un long soupir avant de se mettre à marcher lentement, regardant ses pieds. Elle avançait lentement, faisant comme si elle marchait en équilibre sur un fil invisible. C’est alors qu’elle vit une femme surgir des escaliers. Elle sursauta et porta automatiquement sa main sur sa serviette entourée autour de sa taille, observant de bas en haut la femme qui s’était arrêtée, subjuguée de voir une personne dans ce genre d’accoutrement. Son regard traduisait bien sa pensée sur Sybille : « Mais c’est quoi ce bordel ?! On a une exhibitionniste dans l’immeuble ou quoi ?! ». Si seulement, elle avait pu, elle aurait éclaté de rire mais là elle se contenta de rougir avant de montrer avec empressement la porte sur laquelle elle avait frappé deux fois avant de tenter de se justifier avec maladresse. « Euh… J’attends Léandro… J’ai un dégât des eaux chez moi et… Je… J’avais besoin de son aide… Vous savez si il est là peut-être ? ». La femme observa avec insistance Sybille, une expression perplexe sur le visage. Bah quoi ?! Elle ne pouvait pas avoir de dégâts des eaux ou quoi ?! Maintenant qu’elle y réfléchissait plus précisément, l’évidence prenait enfin place dans son esprit : Elle aurait du s’habiller avant d’aller frapper à la porte de Léandro. Cette femme devait la prendre pour une folle furieuse tout droit sortie de l’asile du coin alors qu’elle était seulement… un peu en décalage avec la réalité. La femme ouvrit finalement la bouche, aucun son ne sortant de celle-ci avant qu’elle ne se décide à parler d’une voix amère : « Mademoiselle, allez vous rhabiller d’abord… ». Sybille ouvrit de grands yeux surpris avant que la femme oublie sa présence et continue son ascension des étages qui lui restaient pour arrivée à son appartement. Ca s’était vachement agréable ! Nan mais elle avait appris la politesse où celle-là ?! Avec Théo sûrement ! Qu’elle grosse… Nulle ! Et il se bougeait les fesses Léandro ou quoi ?! C’était à cause de lui qu’elle venait de se faire insulter ouvertement tiens ! Il allait lui payer cet affront ! La honte quand même ! L’image qu’elle allait avoir maintenant dans ce fichu immeuble à la con ! S’énervant toute seule, la jolie brune finit par taper à grands coups une dernière fois sur la porte de Léandro. Si il n’ouvrait pas maintenant, elle se cassait et tant pis pour lui ! Elle allait aller voir son frangin, beaucoup moins agréable, moqueur et malpoli mais au moins elle trouverait bien quelqu’un pour venir l’aider avec sa fichue salle de bain !

    « Abrutit vas ! Tu sais pas ce que tu rates ! ». Tournant les talons, Sybille passa ses mains dans ses longs cheveux, fermant lentement les yeux. Devait-elle vraiment aller voir Théo ?! Nan, franchement ! Allez Léandro ! Apparaît ! Tout sauf Théo ! Tout sauf lui ! Elle ne pouvait pas aller voir Théo et encore moins essayer de réparer sa plomberie défectueuse toute seule quand même ! Elle avait besoin d’aide et la seule aide qu’elle aurait pu avoir et accepter était celle de Léandro mais il fallait que ce gros nul ne soit pas là le jour où elle avait besoin de lui ! Par contre, quand il s’agit de lui faire une gueule de Jack Sparrow, là c’était possible ! C’était comme ça qu’ils s’étaient rencontrés, une soirée arrosée, une aventure d’un soir, Sybille avec un marqueur et l’idée horriblement idiote qu’ils se fassent des dessins moches sur le visage. Ils s’étaient ensuite perdus de vue et tant mieux car si Sybille croisait seulement Léandro quelque fois dans les escaliers, elle ne manquait pas de se moquer de lui en le sifflant avant de dire d’une voix amusée : « Salut minou… ». Elle en était obligée, il détestait ce surnom mais après tout, il avait bien aimé pendant un moment. La jeune femme finit par se diriger vers les escaliers, résignée à aller voir quelqu’un d’autre que lui, dommage, ça aurait été drôle de le revoir après quelques temps…

Icons (c) Diademes LJ & Maquizz
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |   Dim 25 Oct - 11:32

    Vautré dans le canapé… Voilà où se trouvait Leandro au moment même où une pauvre petite brunette, enveloppée dans une serviette de bain, frappait à sa porte. Il dormait, profondément, bien loin de cette réalité, bien loin de tout… Entre sommeil profond et rêve, il n’avait pas conscience de ce qui se passait, n’entendait pas qu’on toquait à sa porte. Cependant, Sidy avait l’ouïe bien plus développée et le sommeil bien moins lourd ! Levant la tête, le regard en direction de la porte, les oreilles relevées, l’animal se redressa d’un seul coup et se précipita dans l’entrée. Il commença à gratter à la porte, et ne voyant pas son maître arriver, il jappa une fois… Deux fois… Puis trois, quatre, cinq ! Mais punaise ! Qu’est-ce que fichait Leandro ?! Hop, demi-tour pour ce chien si pressé… Il retourna vers Leandro, et chercha à le réveiller en passant sa tête sous son avant-bras qui reposait sur un énorme coussin. Aucune réaction. Il vint poser ses deux pattes avant sur le canapé, haut et fier, et aboya. Pour le coup le jeune Fransceci grimaça, mais ne se leva pas pour autant. Bien décidé à ce que son maître bouge son derrière, Sidy finit par approcher sa gueule du visage endormi de Leandro, et lui offrit une léchouille digne de ce nom… Arf ! Elle eut l’effet escompté, puisque le brun ouvrit d’un seul coup les yeux, en repoussant l’animal.
    « Mais bon sang Sidy… Qu’est-ce qui t’arrive encore ?! »
    Oui, « encore »… Dans le genre boulet ce chien était un professionnel ! Intelligent certes, même très intelligent, mais pressé comme jamais, intenable, têtu et j’en passe. S’il voulait qu’on ouvre la porte, et bien il ne fallait pas tarder sous peine d’être royalement embêté. Là, Leandro ne pouvait par exemple par terminer sa nuit. Et pourtant il en avait vraiment besoin. Ses petits yeux endormis, ses lèvres qui ne demandaient qu’à s’entre ouvrir pour lâcher un profond et franc bâillement. Tout ça à cause du boulot. Il avait l’impression de passer son temps libre à dormir –comme moi j’ai l’impression de tout le temps le faire dormir, ça craint !

    Il était rentré tard, mort de fatigue. Le casque traînait encore dans le hall, ses chaussures elles, étaient en vrac dans l’allée, et lui s’était laissé tomber tout habillé dans le canapé. Pas la moindre motivation pour se doucher, pour se coucher dans son lit, ni même pour simplement ôter ses vêtements et se mettre à l’aise. Il avait gardé sur le dos cette chemise qui désormais sentait le tabac froid, avec la tâche d’alcool causée par une inconnue un peu trop imbibée. La miss lui était littéralement rentrée dedans, renversant son verre sur la pauvre chemise bleu pâle de Leandro.

    Flash Back
    « Ouuuuup’s ! »Un rire léger, mais tout de même franc, se fit entendre alors à l’oreille de Leandro, qui s’était quelque peu penché, surpris par ce petit incident. Il avait simplement fait le tour du comptoir pour prendre sa pause, quand une nana l’avait percuté de plein fouet, son verre à la main, qui avait finit sa course sur le torse de Leandro. Cool, non ? Sur le coup, ça ne l’était pas à vrai dire. Voilà qu’il sentait le citron et la vodka. Chouette !
    « Je suis désolé beau brun… J’ai pas fait exprès… Pourtant j’aurais dû te remarquer !...
    C’est pas grave. »
    Il lui adressa un sourire poli, ayant l’habitude de ces petits incidents. Elle balada son index sur son torse, lui proposant de l’aider à faire partir cette vilaine tâche, mais Leandro la repoussa gentiment, la confiant alors à l’une de ses amies.
    « Occupez-vous de votre copine, elle est… Bref ! » Et hop, il fila vers l’arrière salle, et emprunta alors la sortie de secours pour prendre l’air. Il faisait chaud, trop chaud même dans le club, et un bon bol d’air ne pouvait que lui faire du bien… De l’air et peut-être une ou deux heures de sommeil d’ailleurs. Mais la soirée, bien qu’entamer, n’était pas encore terminée. Eum… Oup’s ? « M*rde ! » ouais !
    Fin Flash Back
    Il avait relevé la tête, s’était frotté les yeux, et n’avait pas résisté à cette incroyable envie et besoin de bâiller. Puis il s’était finalement redressé, s’asseyant sur le canapé, tout en adressant un regard quelque peu étonné à son chien, qui tournait à présent autour de la table basse, ne supportant visiblement pas la lenteur de son maître et le simple fait de rester immobile et sage. Non, avec lui ça devait bouger ! Tu parles ! Il faisait moins le malin quand il fallait faire un petit son dans la baignoire pour en ressortir propre et frais, sentir la rose… Sidy aboya de nouveau et Leandro compris qu’il s’était sans aucun doute produit quelque chose pour que le chien pète ainsi un boulon.

    Il suivit l’animal jusqu’à la porte d’entrée, et le fixa.
    « Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ? Tu veux pas sortir maintenant… Roooh ! »
    Sidy insistait, grattant à la porte, intriguant alors Leandro, qui s’étonnait de voir son chien se comporter ainsi. Etre ch*ant à ce point lui arrivait bien de temps en temps, mais généralement pour sortir il avait des horaires, et si ces dernières n’étaient pas respectées il faisait une bêtise dans le pire des cas mais n’allait pas jusqu’à défoncer la porte. Leandro fronça les sourcils, et se décida à tourner la clé dans la serrure et à ouvrir la porte. Personne devant… Sidy se fraya un chemin entre ses jambes et se faufila dans l’encadrement de la porte pour foncer droit dans les escaliers.Leandro suivit l’animal du regard, et ce dernier rencontra bizarrement de fines et longues jambes nues, apparemment humides, puis une serviette, alors qu’il remontait doucement le long de cette taille de guêpe.
    « Sybille ?! »
    Ouais… Sybille ; sa Sybille, sa miss Sparrow, était dans les escaliers de l’immeuble, enroulée dans une serviette de bain. Cette simple vue le fit sourire.
    « Tu te balades souvent comme ça ? Non pas que ça me déplaise, c’est très… Eum… Mignon ? –Alors que son cerveau lui pensait « sexy ». Un souci peut-être, non ? » Il ne pouvait pas s’empêcher de la fixer avec ce léger sourire, amusé par la situation. Rappelant Sidy, il fit rentrer son chien dans l’appartement et s’appuya contre l’encadrement de la porte, attendant alors une quelconque explication de la part de la brunette. Au moins il était sûr de ne pas oublier qu'elle avait des jambes magnifiques !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |   Sam 31 Oct - 17:34

    Des aboiements, elle entendait bien un chien là ?! Elle n’était pas encore tarée ! Elle entendait un chien aboyer de l’appartement de Mister Léandro ! Mais c’était méchant ! Pauvre bête ! Elle restait enfermée toute seule dans l’appartement alors que lui sortait et s’éclatait comme un fou ! « Pisse sur la moquette, mon beau… Ou belle ! ». Bah ouais, elle ne savait pas vraiment de quel sexe était le chien et puis franchement, elle allait pas non plus le reconnaître grâce à l’aboiement. Comme si c’était possible de différencier un mâle d’une femelle seulement écoutant le son de la voix d’un chien ! Bientôt elle allait faire une étude prouvant que en dessous de trois octaves c’était un mec et au-dessus c’était une femme… Et puis quoi encore ! Après dix octaves c’était les bisounours en mode chorale ?! Franchement, un peu de tenue quand même –dit la jeune femme qui se ballade limite à poil dans tout l’immeuble, il fallait quand même le faire- ! Bizarrement, le chien avait l’air excité comme une puce, gratouillant à la porte. Elle aimait bien les chiens, c’est mignon les chiens ! Tout doux, voulant toujours s’amuser et puis c’est beau ! Un bon gros labrador ou alors un golden retriever couleur sable, ou alors noir ! Noir c’est beau comme couleur ! C’est sombre ! Depuis quand il avait un chien Léandro d’abord ?! Elle était même pas au courant qu’il y avait un chien dans l’immeuble… A part la vieille bique au troisième qui lui cassait les couilles chaque matins lorsque son kiki voulait allez se balader et qu’elle était trop sourde pour l’entendre aboyer à la mort pour finir par se faire dessus ! A chaque fois, elle avait cette irrésistible envie d’aller lui crier aux oreilles « Bordel ! Mets ton sonotone mémé ! ». Et puis ne parlons même pas des jours où elle rencontre sa super amie de palier dans les escaliers et qu’elles parlaient de leurs vies en hurlant à la mort parce qu’elles ne s’entendaient même pas parler ! L’horreur ! Là encore, des envies de meurtres prenaient Sybille ! Heureusement pour tout l’immeuble, ces vieilles biques finissaient par sortir et dans l’appartement de mademoiselle Visconti et de monsieur Lorisse on entendait un long et las soupir de satisfaction. Elles avaient fini ces vieilles commères !

    Réajustant une énième fois la serviette de bain autour de sa taille, la jolie brune finit par ronchonner toute seule, râlant contre l’absence de Léandro. Bon sang mais c’était vraiment un chieur ce mec ! Il ne pouvait pas être là lorsqu’elle avait vraiment besoin de lui ?! Non ?! C’était vraiment pas possible d’avoir aussi peu de veine ! Bordel ! Il fallait que ce genre de chose arrive seulement à elle et pas à la voisine d’à côté ! De toute façon, elle allait pas réparer sa robinetterie toute seule ! Elle aurait pu appeler un réparateur… Mais il était trop tard ! Ca allait bientôt être le tsunami dans l’appartement alors il fallait faire très vite ! Sois c’était Léandro qui venait, soit son petit frère et là ça allait être beaucoup moins agréable ! Il allait encore se foutre ouvertement de sa tronche, comme si elle était une empotée… Ce qui n’était pas faux mais ces choses là ne se disent pas en publique ! On les dit en commérage, mais pas devant la personne sinon elle se vexe ! Ce que faisait très souvent Sybille en présence de Théo ! Elle piquait un méga fard et finissait par s’en aller sans avoir eu ce qu’elle voulait parce que ce crétin avait passé tout son temps à se moquer d’elle et qu’elle était rentrée dans son jeu et s’était énervée toute seule alors que lui avait gardé son calme. Grrrr ! Qu’est-ce qu’il pouvait être chiant ce mec ! Arrogant à souhait ! Quel emmerdeur ! Elle préférait largement Léandro ! Lui au moins il était sympa ! L’autre tâche il était chiant, arrogant, égocentrique et puis voilà ! Malheureusement pour elle, aujourd’hui l’option Léandro le gentil n’était pas disponible, elle n’avait le droit qu’à Théo le chieur parce que Nate le colocataire n’était pas là et appeler Sara ou Karyn à la rescousse c’était comme faire un deuxième Hiroshima dans l’appartement ! La dernière fois que Karyn est venue pour l’aider, les deux avaient faillit foutre le feu à l’appartement parce qu’elles avaient cramé un gâteau, trop occupées à chanter une chanson pour sentir l’horrible odeur du gâteau qui crame dans le four. De toute façon, même si elles avaient étés attentives, elles auraient fait cramer le gâteau alors au pire ! C’était vraiment chiant d’être nulle en cuisine, elle ne pouvait même pas essayer de sortir une recette parce qu’elle savait que Nate allait l’attraper pour la mettre à la poubelle, de peur qu’elle fasse tout cramer dés qu’il fallait mettre quelque chose à chauffer.

    Finissant par se détourner, la jeune femme se dirigea vers le niveau inférieur, se décident enfin à aller voir Théo vu que son grand frère n’était pas là, apparemment ! Elle posa son pied droit sur la première avant d’entendre la porte s’ouvrir dans son dos. C’était maintenant qu’il se décidait à ouvrir celui-là ! Mais qu’est-ce qu’il faisait ?! Il prenait une douche lui aussi ?! C’est alors qu’elle vit un chien passer entre ses jambes et ouvrit de grands yeux sur l’animal qui passait un peu trop près d’elle à son humble avis. Il fallait une distance de sécurité entre Sybille et le chien si on ne voulait pas voir la serviette tomber malencontreusement, sûrement au bonheur de Léandro qui venait de la découvrir. Là c’était carrément la honte ! Elle aurait vraiment du mettre quelque chose d’autre qu’une serviette ! N’importe quoi ! Même une salopette mais quelque chose de plus décent ! C’est alors qu’il prononça son prénom. Elle fit un sourire forcé et leva les yeux au ciel avant de dire d’une voix las : « Non ! Le père noël ! Bah ouais bourrique ! C’est Sybille ! ». Bah non, c’était le père noël il était bien foutu le père noël quand même ! Elle aurait bien voulu que le père noël soit aussi bien foutu qu’elle ! Quoi que… Enfin bref ! Tout ça pour dire qu’elle était bien Sybille Visconti et non une naturiste qui a accepter de se couvrir pour les besoins d’une petite sortie ! Si elle se baladait comme ça souvent ?! Bien sur, elle allait faire ses courses comme ça, elle allait se prendre un café comme ça, elle allait même en cours comme ça ! Non mais il était idiot ou quoi ?! Bien sur que ça lui déplaisait pas, pervers vas ! Elle allait bientôt aller lui mettre une claque et repartir dans son appartement pour essayer de réparer sa connerie elle-même si ça devenait aussi chiant ! Mignon ?! Nan mais là elle allait bientôt piquer un fard alors il avait intérêt à rectifier tout de suite le tir ! Et puis quoi encore bordel ?! Elle était mignonne en serviette quand même ! Ca faisait comme si elle était une pauvre gamine alors qu’elle avait bientôt 21 ans ! La gueule quand même ! A cet instant précis elle aurait tout donné pour enlever ce petit sourire satisfait de son visage aussi beau soit-il alors que celui-ci s’adossait à l’encadrement de la porte dans un style très moqueur ! Pff, tu vas voir ce que tu vas voir toi ! Faisant une moue enfantine, la jeune femme croisa les bras autour de sa poitrine avant de sentir la serviette glisser quelque peu, elle la rattrapa donc avant de ronchonner toute seule pour finalement dire à Léandro d’une voix énervée : « Bien sur ! J’me balade cul nu pour aller faire mon loto ! Mais nan banane ! J’ai péter je sais pas quoi dans ma douche et j’ai… » Elle se fit toute douce et agréable avant de regarder Léandro d’un regard enfantin, devenant mutine pour finir par dire : « J’ai besoin de toi pour m’aider parce que sinon je vais arroser tout l’appartement avec mes maladresses… Tu veux pas venir s’il te plait ?! » Elle passa une main dans ses cheveux trempés par l’eau qui ne cessait pas de couler sur ses épaules nues. Voilà où elle était obligée d’en arriver seulement pour avoir la chance de prendre encore une douche dans son propre appartement ! Elle devait soudoyer les pauvres voisins masculins et tout à fait adorable seulement parce qu’elle était la pire des nases en bricolages, si c’est pas pitoyable ça ! Heureusement qu’elle était jolie parce que sinon elle aurait vraiment eu du mal à trouver quelqu’un de charitable pour venir l’aider et là elle aurait eu de sérieux problèmes avec sa plomberie ! C’est alors que Léandro rappela son chien, dont elle ne connaissait pas du tout prénom mais qu’elle trouvait vraiment trop mignon pour être vraiment un chien ! Il était choupinou ce chien ! Femelle ou mâle ?! Elle demanderait plus tard lorsqu’elle serait habillée et que Léandro serait enfin trempé à cause de la plomberie qu’il aurait réparée dans son appartement ! Elle s’approcha de lui avant de lui faire son regard de chat potté, celui qu’elle faisait souvent à sa grand-mère lorsqu’elle était plus jeune lorsqu’elle voulait avoir un nouveau morceau de gâteau ou alors qu’elle voulait un nouveau jouet et dit d’une voix toute triste au jeune homme : « Alors, tu peux m’aider ?! ». Sacrée Sybille !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |   Dim 13 Déc - 2:16

    Non mais quelle surprise franchement ! Trouver une demoiselle, drapée d’une serviette, dans la cage d’escalier de l’immeuble ! Il fallait être un sacré veinard… Car oui, pour le coup Leandro se trouvait plutôt chanceux. Il s’était tout d’abord étonné de la voir là, et après coup avait réalisé qu’il s’agissait de Sybille, et que jamais, ô grand jamais, ce petit bout de femme ne cesserait de l’étonner. En réalité, si elle ne le faisait pas, il trouverait limite ça louche ! La détaillant d’un simple regard, et ce avec plaisir, il ne parvenait pas à dissimuler le sourire qui venait de se scotcher sur ses lèvres, et qui s’était accentué suite à la réplique de la brunette. Le Père Noël ? Mais c’est qu’il était devenu sacrément sexy le petit papy à la barbe blanche et aux cadeaux par milliers. Leandro releva légèrement les sourcils, faisant comme s’il la prenait au sérieux, cherchant à l’agacer davantage. Elle en devenait encore plus attirante la demoiselle quand elle se mettait en pétard ! Enfin il n’allait pas s’arrêter là, c’était mal le connaître ! Il ajouta d’une voix plutôt hésitante, cherchant le terme le plus approprié, qu’elle était « mignonne », toujours dans le but de la titiller et de l’énerver. Puis il s’appuya contre l’encadrement de la porte et la fixa, d’un air amusé et quelque peu moqueur. Non, n’allez pas croire qu’il jouait avec ses nerfs par méchanceté, au contraire. Qui aime bien châtie bien, pas vrai ? Et bien vous pouvez considérer qu’il adorait la demoiselle ! Ce demeurait un simple amusement, des taquineries comme il avait l’habitude d’en faire… Sa miss Sparrow était quelqu’un d’assez particuliers à ses yeux, et de ce fait, il se comportait avec elle différemment, usant et abusant d’une attitude et d’une légèreté dont il se privait en présence du premier inconnu croisant son chemin. Qu’il était bon de faire parti des privilégiés de Mr. Fransceci ! Comment ça « ou pas » ? Tsss !

    Il remarqua son petit geste pour garder cette serviette tout contre elle, à la plus grande déception du beau brun. Bah quoi ? Il restait un homme, doté d’yeux, qui fonctionnaient à merveille, alors pourquoi s’en priver ? Il profitait déjà pleinement de la vue sur ses longues et belles jambes, donc prétendre être contre un petit bonus aurait été un sacré gros mensonge ! Elle semblait un peu sur les nerfs, et Leandro en était comme satisfait. Il avait réussi son coup et s’en félicitait. Elle lui tendait de ses perches il faut dire ! C’était juste : énorme ! De quoi la rendre dingue !

    « Tu penses que ça va te porter chance… ?Elle le regardait bizarrement et il se sentit donc obligé de poursuivre, pour s’expliquer. Bah oui, pour le loto… Le faire toute nue, ou du moins en serviette de bain, ça aide en quelque chose ? Ou c’est juste que t’es plus à l’aise pour cocher les petites cases ? » Elle avait continué en lui révélant finalement qu’elle avait pété un truc dans sa douche. Wow ! Mais comment avait-elle fait ça ? Elle cachait une force surhumaine, digne d’une héroïne de bande dessinée ? Il la fixa, un peu surpris par une telle annonce, et finit par se redresser, quittant la porte contre laquelle il s’était préalablement appuyé. Elle avait besoin de ses services, et donc ceci expliquait cela… La tenue, les escaliers, et tout ce bouquant !
    « Ah je vois… Mademoiselle a des petits problèmes de plomberie… Au sens propre bien entendu ! » Il esquissa de nouveau un sourire en coin, et fit rentrer Sidy dans l’appartement, récupérant au passage les clés restées sur la serrure intérieure, afin de verrouiller la porte. Car bien évidemment, il allait l’aider. Alors qu’il se retournait pour questionner la miss sur la situation, il la retrouva juste sous ses yeux, en face de lui, affichant une petite mine, à faire craquer n’importe quel homme. Doucement, il ramena une mèche de ses cheveux mouillés derrière son oreille et lui répondit d’une voix amusée : « Oui mia bella, je compte bien voler à ton secours. Mais avant que je monte voir l’étendu des dégâts, je voudrais savoir un truc, qui je t’assure a toute son importance. T’as de quoi bricoler chez toi ? Non parce que te connaissant… J’ai de sacrés doutes, tu vois ! » Et il eut bien fait de poser la question, puisque sa réponse fut négative. C’était bien une femme ! Elle veut à tout prix son indépendance, vivre seule comme une grande, mais ne possède pas de boîte à outils, ou si par miracle un tourne vis se retrouve chez elle, par on ne sait quel tour de magie, elle ne sait pas s’en servir ! Il revint sur ses pas, et rentra chez lui pour récupérer de quoi réparer provisoirement la douche de sa voisine, autorisant cette dernière à remonter chez elle avant de prendre froid avec les nombreux courants d’airs dans ce fichu couloir. Il connaissait le chemin, elle n’avait pas à s’en faire pour ça !

    Prenant au passage un t-shirt propre, se doutant qu’il avait de grandes chances de finir à son tour trempé, il gagna rapidement l’appartement de la brunette, avec le strict minimum, histoire de dépanner. Il frappa tout de même à la porte, puis entra sans attendre qu’elle daigne lui ouvrir. Toquer c’était juste pour prévenir, au cas où la miss n’est plus de serviette. Du genre : « Couvre-toi j’entre ! ». Il s’avança dans l’appartement de Sybille, cherchant d’ailleurs la jeune femme, et laissa reposer son t-shirt sur l’accoudoir du canapé, pour être sûr de l’épargner.

    « Mademoiselle Visconti ? C’est de quel côté que ça fuit ? » - demanda-t-il sans quitter la pièce à vivre dans laquelle il se trouvait, ne pouvant s’empêcher de rire légèrement. La situation était plutôt comique… Du moins elle en avait le potentiel, et il ne passait pas inaperçu aux yeux de notre plombier de fortune. Sybille réapparut enfin, et lui indiqua finalement la salle de bain. Leandro s’y dirigea, remarquant les quelques petites flaques d’eau sur le sol. « Quelle question ! J’aurais dû suivre mon instinct et remonter la rivière jusqu’à sa source ! » - lança-t-il pour lui-même, toujours dans cet esprit taquin et enfantin, un brin moqueur. En entrant dans la salle d’eau, il remarqua alors qu’elle ne pouvait pas porter d’autre nom que celui là…
    « Wow ! Mais qu’est-ce que t’as foutu avec ta douche Syb’ ?! » Oh le massacre ! C’était pas de la petite fuite là ! Et ça dégoulinait de partout ! Elle avait eu l’envie soudaine de lancer sa petite affaire ? D’ouvrir son propre Aqualand ? Il allait devoir se mouiller le pauvre petit Leandro, et pas qu’un peu, puisqu’à tous les coups il allait se payer le jet d’eau en pleine face pour réparer tout ça ! Merci Mam’zelle !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |   Sam 19 Déc - 22:22

    D’accord, elle devait l’avouer malgré elle, Sybille est une grosse nulle ! Une grosse nulle qui ne savait même pas se doucher correctement et qui était obligée de péter le système dont elle ne connaissait strictement rien ! En réalité, tout ce qui était bricolage, c’était le travail de Nate dans l’appartement ! Elle prenait aussi le soin de lui confier les fourneaux si il ne voulait pas voir son petit nid douillet partir en fumée parce qu’elle avait oublié d’éteindre le four ou quelque chose d’autre. Oui, il fallait bien l’avouer, Sybille Visconti n’avait pas appris à bricoler et même accrocher un pauvre petit clou au mur histoire d’accrocher un joli cadre c’était comme faire une épreuve de Koh-Lanta … Voir pire ! Elle se mettait toujours le marteau dans le pouce qui tenait le clou et finissait son bricolage avec un milliard de clous tordus et lorsque son cher colocataire revenait le soir et la voyait avec son bandage au pouce et le nombre de clous pliés, il devenait bientôt compatissant et lui disait gentiment de ne plus jamais retenter sa chance histoire de ne pas gâcher autant de clous et un joli petit pouce qui n’avait rien demandé. Oui, c’était pas demain la veille qu’elle allait porter un bleu de travail et allait bosser sur les chantiers en compagnie de gros bras alors qu’elle elle était… Sybille. On avait seulement besoin d’entendre son prénom pour comprendre qu’elle n’était pas le genre de fille manuelle, pire encore, que tenir un crayon dans sa main c’était comme lui donner une arme chimique hautement inflammable. Alors oui, ce n’était pas tellement sa faute si elle avait cassé maladroitement et malgré elle cette pauvre douche qui n’avait rien demandé, qui se comportait si bien avec ses hôtes, mais pourquoi donc avait-elle mérité ce châtiment ?! Enfin bref, heureusement il y avait Bob le bricoleur, celui qui allait devenir son sauveur de douche favoris, j’ai nommé Léandro Francesci ! Le pauvre quand même ! En plus de devoir se taper les petits surnoms débiles que la brunette ne se gênait pas pour lui donner, il se voyait obligé et contraint de lui venir en aide pour ses problèmes de plomberie ! A vraiment, il était serviable à souhait ce jeune homme, si sa grand-mère le voyait, elle aurait déjà eu le droit au sermon avec du « Vas-y cocotte, maries-toi avec ce jeune là ! Il est bien lui ! ». Comme si elle était prête au mariage ! Et puis quoi encore hein ? Elle n’allait pas se marier avec un homme de si tôt ! La jeune femme n’avait besoin que d’une personne capable de venir l’aider pour le bricolage et, la plupart du temps, elle avait juste à faire sa charmeuse pour avoir ce qu’elle voulait ! C’était comme ça que ça marchait lorsqu’on voulait avoir quelque chose d’un homme ! Et puis, avouez que faire du charme à une femme s’était pas le meilleur moyen d’avoir quelqu’un de compétent pour la réparation d’une douche, par exemple ! Non, elle n’allait pas aller voir la vieille de l’étage du dessus pour qu’elle vienne lui réparer sa plomberie, qu’elle reste dans son appartement de merde avec ses chats moches qui laissent des poiles partout ! Si seulement ils pouvaient avoir une envie folle de jouer les spider man et se sauter du balcon pour finir par s’écraser contre le bitume ces chats… Ce serait une très bonne chose !

    Il la cherchait… Nan mais vraiment il la cherchait ! La jolie brune était là, dans le couloir, ne portant qu’une petite serviette et Léandro souhaitait faire de l’humour douteux ?! Qu’il bouge son beau derrière histoire de l’aider plutôt que de jouer les humoristes déchantés. Elle en avait déjà marre de lui et en plus sa serviette voulait se faire la malle, géniale, c’était la journée parfaite ! Elle n’en pouvait plus, vraiment, c’était pas l’heure de sortir les blagues de merde parce qu’elle allait bientôt lui mettre une bonne claque en pleine tronche et allait en même temps l’attraper par le col, serviette ou pas serviette, pour l’obliger à venir chez elle et à s’occuper de sa foutue douche ! Mine de rien, elle était tout de même chanceuse d’être tombée sur Léandro, imaginez qu’elle doive se taper le gros pervers du rez-de-chaussée ! Comment aurait-elle fait alors ?! Non, vraiment, à mieux y réfléchir, elle préférait les blagues pourries mais potables de Léandro plutôt que les blagues salaces du vieux pervers du rez-de-chaussée. Une nouvelle blague revint à la charge alors qu’elle imaginait les pensées dégoûtantes du pervers, merci mon dieu ! Elle fronça les sourcils, perplexe. De quoi qui allait lui porter chance ? Elle n’y comprenait rien là ! Elle avait loupé un épisode lorsqu’elle était pensive ou alors était-ce que Léandro n’était pas assez clair ?! Elle pencha pour la seconde idée tout en haussant un sourcil une nouvelle fois, toujours aussi perplexe. Elle fit un sourire narquois avant de lever la main pour lui mettre un tape derrière la tête, à la Gibbs, mais quel idiot celui-là ! Elle finit par soupirer lentement avant de répondre d’une voix pas très agréable pour le jeune homme : « Mais tu vas arrêter de te payer ma tronche oui ou non ?! Ce n’est pas drôle en plus ! Je ne joue même pas au loto ! Pff… Amateur vas ! ». Elle détourna son regard de son ami avant de toussoter dans son coin, finissant par s’étouffer à cause de son mauvais humour, enfin… Cette raison était celle qu’elle donnerait si il lui demandait pourquoi elle toussait autant. Mais quel chieur celui-là ! Il pouvait pas seulement venir changer sa plomberie au lieu de se moquer d’elle ?! La jeune femme revint vers Léandro, observant le chien juste à côté de lui, tiens… Il lui ressemblait ! Elle qui aimait bien les animaux, elle se retenait de bouger plus ou de se pencher histoire de ne pas offrir la vue du siècle à son voisin, juste histoire de ne pas avoir le droit à encore plus de blagues pourries de sa part, on sait jamais ! Les nouvelles paroles de Léandro lui donnèrent l’effet d’un saut d’eau dans le visage et elle se mit à rougir quelque peu. Mais c’était quoi son problème ? Ca ne se faisait pas de faire ce genre de blagues, aussi amicales soit-elle ! Là elle était dans l’idée de lui faire avaler sa petite prétention et, des éclairs dans les yeux, tentant malgré elle de faire partir la teinte rosée sur ses joues, elle répondit d’une voix qui se voulait forte et sarcastique : « Oui… Ce genre de plomberie parce que le reste marche très bien… Tu veux peut-être vérifier par toi-même peut-être ? Mon chat… ». Léandro fit bientôt rentrer sa chienne chez lui et ferma à clef sa porte d’entrée, tant mieux tiens, qu’il se dépêche donc parce que le dégât des eaux continuait tout pendant qu’il se foutait de sa tronche alors si il pouvait faire la même chose en même temps que de monter les escaliers pour s’occuper de sa plomberie ça aurait été parfait ! Histoire de faire avancer les choses, la jolie brune s’approcha du jeune homme en prenant cette expression triste et adorable qui la caractérisait bien et lui demanda de l’aider avec toute la souffrance que pourrait porter un être. C’est alors qu’il ramena une mèche derrière son oreille et elle eut cette envie folle de l’embrasser. Mais qu’est-ce qui lui prenait hein ?! C’était quoi son problème à elle ? Mais quelle belle gourde encore ! Depuis quand elle avait envie d’embrasser Léandro elle ?! Elle était pas sensée être casée… Non, elle faisait la gueule de toute façon ! Elle faisait un break choisit par elle-même et de ce fait elle avait le droit d’emballer tout ce qui bouge sans craindre de reproches ! Elle finit par oublier cette envie en l’entendant parler, un sourire s’affichant de nouveau sur son visage suite à ce fugace moment de paralysie. « Oh… Je sais pas bricoler tu sais… ». Il allait très bien comprendre si elle lui disait ça plutôt que si elle disait qu’elle n’en avait pas ou plutôt qu’elle ne savait pas où son colocataire les avait cachés depuis sa dernière tentative vaine de bricolage…

    La jeune femme eut enfin le droit de remonter jusqu’à l’appartement alors que Léandro prenait de quoi s’équiper histoire de réparer la douche de fortune. Heureusement qu’elle l’avait celui-là ! Elle monta les marches quatre à quatre, sautant dans l’appartement avant de courir jusqu’à sa chambre pour lâcher la serviette pour la jeter sur son lit avant de chercher quelque chose à mettre sur son dos pour ne pas tenter un peu plus le pauvre Léandro. Elle enfila donc un short et un blanc avant d’entendre quelqu’un toquer à la porte, la voix de son voisin se fit entendre juste à la suite. Quelle blague de merde ! Si c’était la douche, c’était vers la salle de bain que ça fuyait ! Elle sortit donc de sa chambre et l’entraîna vers la fuite avant d’entendre sa remarque sarcastique. Quoi ? C’était si dramatique que ça ? Elle passa une main gênée dans ses cheveux encore mouillés et ne dit rien, laissant son ami se diriger lui-même vers l’endroit de tous les massacres avant d’entendre son cri retentir dans tout l’appartement. Okay, elle avait fait vraiment fort cette fois… Nate allait la tuer si il voyait ça ! Elle allait devoir tout laver avant qu’il revienne et Léandro aussi allait devoir s’en occuper le plus rapidement possible… Elle s’approcha de lui avec un sourire désolé avant d’observer maladroitement son œuvre grandiose avant de dire d’une voix maladroite : « J’ai fait le Vietnam… C’était pas drôle en plus comme blague, j’vais chercher le remontant… ». Elle tapota gentiment sur son épaule avant de se détourner pour aller à la cuisine chercher deux bières, avant de revenir dans la salle de bain pour utiliser le lave-linge pour les ouvrir, elle plaçait le couvercle contre le lave-linge, tapait un cou sec et elles s’ouvrirent d’un seul coup, le couvercle décidant de s’en fuir vite fait. Elle avait appris à faire ça au lycée, vu le nombre de bière qu’elle descendait pendant ses soirées, elle pouvait bien retenir deux trois trucs histoire d’impressionner les hommes qu’elle rencontrait. Elle en posa une à côté d’elle et s’assit sur le lave-linge avant de dire d’une voix amusée : « Tu veux savoir le pire ? Je trouve ça trop drôle de péter ma douche et de t’obliger à la réparer… Si seulement Nate n’avait pas caché les outils, j’aurai essayé toute seule… Mais j’aurai sûrement eu encore plus besoin de toi parce que j’aurai empiré les choses… Dis-moi… Tu peux réparer ça hein Léandro ? ». Elle avait eut un petit doute en voyant le jeune homme faire une tronche de six pieds de long lorsqu’il avait découvert l’état des dégâts. Fallait pas venir dans un immeuble où se trouvait aussi Sybille Visconti mon garçon, il fallait s’y attendre !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |   Mar 23 Fév - 1:35

    En découvrant la salle de bain, il est vrai que Leandro avait été plus que surpris. Il n'avait pas imaginé que cette toute petite miss, aux airs si doux et fragiles, était capable de péter une douche de cette manière. Il suffisait de la regarder... Sa bouille angélique, la finesse de ses courbes, et ses tous petits bras... Non franchement, elle n'avait rien de la catcheuse de base, avec une carrure faisant 2 fois celle de Leandro ! Aux yeux du jeune homme, elle avait toujours été une fille surprenante, et visiblement elle n'avait pas encore fini de l'étonner. Observant l'étendu des dégâts, il se demandait par quoi il allait bien pouvoir commencer. Le petit sourire désolé qu'elle affichait en disait long, affirmant qu'elle avait bien conscience de l'énorme boulette qu'elle avait fait. C'était déjà ça, peut-être que la prochaine fois elle ne se battra pas avec le pommeau de la douche ! Alors qu'elle se chargeait d'aller chercher un prétendu remontant, Leandro lui partit à la recherche du compteur électrique, histoire de couper le courant dans la salle de bain. Le sèche-linge et compagnie n'allaient pas être ses potes dans une pièce ainsi inondée, et vu la chance de la brunette mieux valait ne pas prendre de risques. Une fois le bouton concerné abaissé, il referma le compteur et regagna la scène du crime, où il y retrouva Sybille en compagnie de deux charmantes bières. Ca, c'était une bonne idée ! Quoiqu'il n'aurait rien eu contre un verre de vin rouge... (Quoi ? C'est à force de traîner chez les Spinelli ! Ils ne boivent pas de bière ! xD) Enfin passons, il s'avança dans la pièce, et se retourna vers la jolie brune, qui à cet instant précis était indéniablement sexy, décapsulant ainsi les bouteilles... Wow, wow, wooooow ! On se calme le petit père et on chasse ses images peu catholiques de sa petite tête ! Parce qu'il avait matière à imaginer de telles choses, ayant passé une nuit plutôt torride avec la demoiselle Visconti. Même fortement alcoolisé, il lui restait des souvenirs de cette nuit. Sa peau douce, son souffle chaud et... J'ai dit stop, bon sang ! « Dis-moi… Tu peux réparer ça hein Leandro ? » La voix de Sybille le sortit instantanément de ses pensées, et il s'empara de la bière qu'elle lui tendait, buvant une longue gorgée avant de répondre, comme pour se calmer.
    « Je pense que oui... On verra bien ! »

    Elle n'avait pas non plus explosé sa douche ! Ca ne devait pas être si catastrophique que ça en avait l'air après tout... Beaucoup d'eau pour pas grand chose, c'est tout ! Enfin il l'espérait du moins. Il bu une nouvelle gorgée d'alcool, avant de poser la bouteille de verre sur le sèche-linge, tout près de la brunette, et décida de se lancer, s'avançant vers la dite fuite. Il regarda attentivement ce qui n'allait pas, analysait comme il le pouvait la situation, et lorsque son doigt effleura à peine un tuyau qui semblait fragilisé, tout lui péta à la tête. Il se ramassa une grande rasade d'eau en plein visage, et se protégea par réflexe de sa main. Heureusement pour lui, c'était de l'eau froide. Sinon le pauvre chou aurait fini ébouillanté.
    « Sybille, tu pourrais couper ta chaudière ? Par précaution... »
    Bonne idée non ? Il coupa l'eau, et sortit de la douche, s'emparant au passage d'une serviette pour s'essuyer. S'il n'était pas bien réveillé, l'eau avait eu fini de le faire, et ce accompagné du doux parfum imprégné sur le coton qu'il se passait sur le visage. Il reposa la serviette, et lança un regard noir à la douche. Elle voulait la guerre ? Ok, ils allaient se battre, et Leandro allait forcément la mettre KO ! C'est ce qu'elle voulait ? Elle le cherchait ? Elle allait le trouver ! Tel un boxeur professionnel, il allait remonter sur le ring, et pour le coup dans la douche, et allait lui mettre une droite qui allait la marquer à vie ! Un bon coup, histoire de lui resserrer les vis, et de la faire couler droite ! Farfouillant dans la caisse à outils qu'il avait monté chez la belle, il s'empara de ce dont il avait besoin pour réparer cette malheureuse fuite, et lorsque Sybille revint, il lui adressa un léger sourire, déjà amusé par ce qu'il allait lui demander.
    « J'ai besoin de toi ma belle. Tu vas venir par-ici... -dit-il en lui prenant la main, et l'emmenant jusqu'à la douche dans laquelle il la fit entrer. Et tu vas te mettre ici. » Passant derrière elle, il vint glisser l'outil dans la poche arrière de son propre pantalon, et de ses deux mains libres lui désigna une partie de la tuyauterie abimée. « Tu vas mettre tes mains ici, et le maintenir comme ça. Ok ? -Elle s'exécuta, et Leandro esquissa un nouveau sourire. C'est parfait ! T'es doué dis-moi... » Il ne pu s'empêcher de rire doucement, et avant qu'elle ne réplique, reprit où il en était, bien forcé de se rapprocher d'elle. Là, si quelqu'un entrait dans la salle d'eau, l'idée de surprendre une douche coquine entre deux amants traverserait forcément l'esprit de cette personne. Ainsi dans la douche, ça laissait croire que... Mais non ! Ils la réparaient, parce que la miss n'était pas très douée !

    En deux temps, trois mouvements, ils en voyait la fin... Qu'est-ce que j'avais dit ? Beaucoup d'eau pour pas grand chose en somme ! Leandro prit soin de tout vérifier au passage, afin d'être sûr qu'elle ne viendrait pas le chercher une nouvelle fois, dans les jours à venir, et une fois la chose faite, il la lui laissa seulement la place pour se retourner et lui faire face, lui barrant toujours le passage des bras, tendus en direction du mur de la douche, y prenant appuis.

    « C'est maintenant que je suis censé vérifier ta plomberie ? » -demanda-t-il en tentant de rester sérieux. Quoi ?! C'était elle qui le lui avait proposé un peu plus tôt quand ils étaient encore sur son palier ! Il esquissa un large sourire amusé et taquin, cédant face à sa mine un peu surprise, et décida de la libérer, lui laissant la place de quitter la douche, pour sortir à sa suite... Bob le bricoleur n'a qu'à bien se tenir, Leandro Fransceci prend la relève, et s'avère être assez bon dans ce domaine. Comment ça il n'avait pas fait grand chose ? Bien sûr que si ! Il avait géré de la tuyauterie ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |   Lun 8 Mar - 21:11

    Une énorme boulette ?! Non ? Vraiment ?! Sybille ne faisait jamais de boulette ! Boulette n’était même pas assez important pour dire à quel point elle était une maladroite capable de faire des miracles qui sont capables de détruire un appartement entier ! Pauvre Nate, il devait survivre avec une Sybille Visconti depuis quelques temps maintenant et elle se demandait encore comment il avait fait pour vivre avec elle dans les pattes ! Enfin, finalement ça ne le gênait sûrement pas autant qu’elle le pensait et il survivait bien avec elle. Peut-être était un surhomme capable de venir à bout de toute situation merdique dans laquelle Sybille pouvait les mettre au quotidien… Un peu comme Léandro aujourd’hui ! Oui ! Aujourd’hui Léandro apparaissait aux yeux de la jolie brune comme un super héro, un superman des temps modernes comme on en croise peu. Il n’avait pas tellement fait pour elle, à vrai dire, il n’avait fait qu’une simple petite chose : il avait accepté de jeter un coup d’œil à sa salle de bain mais c’était déjà tellement qu’elle aurait pu lui sauter dans les bras et le couvrir de baisers pour l’en remercier. Malheureusement pour le bel italien elle restait assez pudique lorsqu’elle n’avait qu’une serviette blanche pour vêtement et elle évitait tout contact physique avec le sexe opposé vêtue ainsi. Ils se retrouvaient donc maintenant tous les deux dans cette fameuse salle de bain, Sybille enfin couverte de quelque chose de plus saillant que la simple serviette de bain ! Tout de même, on ne fait pas de charme au plombier, manquerait plus qu’il bave et qu’il en oublie qu’il était en train de serrer un écrou très important ! Il tenait l’avenir de sa douche entre ses mains le petit Léandro ! Il devait en avoir bien conscience ! Il était trié sur le volet avec des critères extrêmes qui font qu’il a été demandé plutôt qu’un autre ! Enfin, maintenant elle était tout de même plus habillée qu’avant même si c’était quand même assez restreint ! Le petit plus d’une Sybille en tenue légère c’était les bières fraîche histoire de détendre l’atmosphère. Bah quoi ?! Vous avez jamais vu les films où le plombier est sexy et que la fille lui ramène une bière pour se taper la discute ?! Bah Sybille si et elle en usait pour pouvoir rester et regarder Léandro faire pour pouvoir recommencer si l’envie lui prenait de recommencer une nouvelle fois sa petite bêtise. Bien loin de toutes les pensées salaces qui hantaient la petite tête de son plombier favori, la jolie brunette le laissa s’emparer de sa bouteille pour le voir répondre qu’ils verraient bien s’il pouvait réparer la fameuse douche. Une expression déçue s’afficha sur ses traits soucieux alors qu’elle réalisait que s’il n’arrivait pas à s’en dépêtrer, Nate allait péter un câble. Le pauvre ! Il vivait vraiment avec la dernière des idiotes…

    La façon professionnelle qu’avait Léandro d’agir la fit sourire tendrement, il était adorable comme garçon, il s’occupait de ses problèmes de plomberie alors qu’elle avait couché avec lui pendant une soirée, qu’ils avaient tous les deux étés complètement ivres et qu’ils s’étaient quittés assez gênés… Enfin surtout Sybille ! Il fallait avouer qu’elle avait un très bon souvenir de la soirée qu’ils avaient passés, même plus que bon mais n’aurait jamais oser la rappeler comme ça… Elle préférait largement le rappeler de façon comique, se moquant gentiment du dessin au marqueur qu’elle avait fait sur le visage de Léandro après… Le bruit de l’eau giclant dans le fameux visage du jeune homme la surpris et elle sursauta, sortie de ses pensées. Elle poussa un petit cri et courut s’occuper de la chaudière comme il venait de le demander, priant secrètement pour qu’il n’ait pas reçut d’eau brûlante dans le visage. Elle s’exécuta donc et revint vite vers la salle de bain, stressant pour son malheureux plombier. Apparemment sa belle bouille n’avait rien et elle poussa un long soupir de soulagement. Léandro lui prit alors la main pour qu’elle le rejoigne et elle s’exécuta, un petit peu suspicieuse. Qu’allait-il bien pouvoir lui demander de faire ?! Vraiment étrange tout ça ! Elle s’avança et l’écouta attentivement, l’observant en se mordant la lèvre inférieure. Il était tout ce qu’il y a de plus sexy entièrement trempé par l’eau avec un outil dans la poche arrière du pantalon… Tino qui ?! Jamais entendu parler ! Finalement elle exécuta ce qu’il lui demanda de faire et la réponse qu’il lui offrit la fit éclater de rire, qu’il blague autant qu’il voulait, elle n’était pas si empotée qu’il semblait le penser. Lui lançant un regard noir, la jolie brune ne put s’empêcher de répondre d’une voix moqueuse un petit : « Oh mais tu sais, je suis pas mal débrouillarde quand je le veux… Ou quand toi tu le veux… Mais évite de regarder mes fesses s’il te plait… Tu risques de me mettre vraiment mal alaise… ». Elle finit sa phrase d’un petit clin d’œil aguicheur et tint bon la position qu’il lui avait demandé de tenir. Elle sentit parfois son souffle contre sa nuque et ne put s’empêcher de sourire, mal alaise, ce genre de situation lui rappelait pas mal de choses, peut-être trop de choses, qui sait ?!

    La fameuse douche récalcitrante finit par céder sous le coup de main de maitre que venait de faire Léandro et la jolie brune se retrouva bientôt avec une douche totalement réparée. Merci qui ? Merci monsieur Francesci ! Se retournant pour s’enfuir pour agrandir un peu plus la distance entre elle et son plombier improvisé, elle se retrouva collée à lui, littéralement. Elle ouvrit deux yeux grands comme des billes et se mordit une nouvelle fois la lèvre inférieure, levant les yeux pour croiser celui du romain. Sa réflexion lui donna une petite envie de passer aux choses sérieuses et elle haussa un sourcil, soutenant son regard farouchement, lui faisant comprendre que plus il jouait avec elle, plus il avait de chances de se retrouver dans son lit en peut de temps. Elle sourit jusqu’aux oreilles et posa une main sur son torse pour qu’il s’écarte un peu plus avant de lui dire, un brin séductrice mais surtout un brin moqueuse : « Ne me taquines pas mon chat, la douche est l’un de mes plus grands fantasmes ! ». Elle s’avança pour sortir de la douche, remettant enfin une distance conséquente entre elle et lui. Le pauvre quand même, il avait le droit de réparer la douche de la pire séductrice de tout Rome… Finalement, il n’était pas si mal lotit dans cette douche en sa compagnie ! La jolie brune soupira de bonheur, pouvant enfin reprendre ses allées et venues, pouvant enfin bouger comme elle l’entendait au lieu de rester campée sur ses deux jambes pendant des heures pour tenir un truc stupide d’une douche qu’elle venait de casser sans faire exprès ! Elle se tourna vers Léandro avec un sourire plus avenant qu’avant pour lui dire d’une voix douce et agréable : « Tu veux quelque chose ? Café ? Gâteaux ? Câlin ? Je te suis redevable pour encore… Je sais pas moi… Un milliard d’années après l’énorme service que tu viens de me rendre ! Nate m’aurait tuée ! ». Et c’était vrai ! Nate l’aurait tuée s’il avait vu l’état dans lequel la brunette avait mis sa douche ! Il l’aurait décapitée et l’aurait jetée au feu pour l’affront qu’elle lui avait fait ! Le pauvre quand même ! Elle était bien un milliard de fois redevable à ce bon et gentil Léandro qui avait pris son temps pour venir l’aider, elle remarqua alors son t-shirt encore mouillé et ne pu s’empêcher de sourire avant de lui dire tout en désignant le radiateur : « Tu peux enlever ton t-shirt trempé et le poser sur le radiateur le temps de prendre un café… Nan ?! Juste un café, le temps qu’il sèche, c’est pas la mort ! ». C’était vachement tentant de lui proposer plus mais elle devait rester calme, ils avaient eut une seule aventure et ça n’allait pas recommencer maintenant… Même si c’était extrêmement tentant de remettre ça… Surtout pour Sybille pour qui les amours ce n’était pas du tout ça, Tino était de plus en plus énervant, elle éprouvait maintenant de grandes difficultés à le supporter tellement il devenait désagréable dés qu’il côtoyait une autre fille et qu’il en venait à se vanter juste devant son nez comme si elle n’était qu’une poupée Barbie qu’on prend et qu’on jette après utilisation… C’était pas très sympathique tout ça alors voir quelqu’un d’autre qui puisse lui changer les idées n’était pas négligeable, et puis, même si Léandro n’allait pas être dans son lit cet après-midi, il se révélait être un garçon tout ce qu’il y a de plus gentil et de plus compréhensif alors discuter quelques temps avec lui était tout à fait envisageable et pourrait devenir quelque chose de très agréable !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |   

Revenir en haut Aller en bas
 

Susan Mayer ?! Nan, piiiiire ! | Léandro |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une voix : Susan Boyle
» Léna Mayer
» Susan Pevensie - Terminé
» [Validée]Lil Meyer [En Cours]
» Sue Sylvester - Rien ne pourra l'arrêter !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CITTA ETERNA ::  :: 
❝CITTA© || Version 1
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit