AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous recherchons en priorité des hommes
Le forum est optimisé pour mozilla firefox et google chrome
MISE EN PLACE DU NOUVEAU DESIGN, MERCI DE VOTRE PATIENCE. design signé wokoi

Partagez | 
 

 Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Mar 2 Mar - 19:59

©White Rabbit | ©Lethal Lane | ©Nap'

Un couple, deux bébés,
une jolie petite famille à présenter au pompier !

La journée avait commence sur les chapeaux de roue pour le beau pompier Cesare et ses collègues, une routine pour eux, même si malheureusement ce n’était pas d’un ton joyeux, mais une bande de gamin avait visiblement cherché à faire les malins à dos de scooter et avait entrainé un léger carambolage en centre ville. Pompier, police et ambulancier étaient donc sur les lieux, chacun faisant leur boulot, extirpant les blessés de leur voiture, soignant ceux que l’on pouvait aider sur place, faisant leur job tout simplement, le mieux possible, et le plus rapidement possible pour que tout s’arrange rapidement et au mieux… La matinée fut alors bien mouvementée et les pompiers n’en furent pas moins heureux de rentrer à la caserne pour se poser un moment. Ils avaient instauré un moyen de décompresser entre eux, après des grosses urgences comme celle qui venait de se dérouler, ils passaient tous par la case « petit terrain de basket » pour se faire des petits match entre eux et rigoler un bon coup. Bon il ne s’agissait pas réellement d’un vrai terrain, mais seulement un panneau mit en place sur l’un des murs de la caserne, mais c’était bien pratique, et surtout suffisant pour eux surtout lorsqu’on sait que l’alarme peut sauner et les appeler à tout moment… Mais à croire que l’alerte de la matinée avait suffit pour la journée, ils eurent tous le temps de s’amuser, de manger tranquillement en se racontant tout et n’importe quoi pendant de longues heures.

L’après midi étant tout aussi calme, le beau gosse avait décidé de se faire une petite sieste, mais connaissant bien tout le monde, il savait que se pose sur la canapé de la sale de repos n’était pas le meilleur endroit, surtout qu’il arrivait bien souvent qu’une bande de pompier vienne passer leur temps devant la console, du coup il avait son truc à lui. Il s’assurait bien souvent que personne ne le voit et s’éclipsé dans le garage pour grimper sur un camion et faire sa sieste sur le toit, et le pire c’est qu’il dormait super bien la haut ! Rien ne pouvait le réveiller sauf l’alerte évidement… L’alerte, et se prendre une tonne de flotte par la tête aussi… Ben ouais, vu que personne ne le savait là, personne ne pouvait savoir qu’en décidant de laver les camions il se retrouverait à laver Cesare avec… « Ho putain de merde » laissa-t-il entendre en se sentant trempé si rapidement d’une eau vraiment super froide… Il s’était alors redressé super vite, mouillé des pieds à la tête pour entendre un de ses collègues s’adresser à lui… « Hey Cesare ! Qu’est ce que tu fous la haut ?! Tu crois qu’on va te laver avec ou quoi ? » / « Haha ! Très drôle ! Va falloir que je me change maintenant c’est malin ! » / « Cesare ! Ya une jolie blonde qui demande après toi ! » / « J’arrive ! » Voilà la dernière chose qu’il avait laissé entendre avant de descendre en vitesse de son perchoir, oubliant même qu’il devait se changer, mais il ne fallait pas s’en étonné, à partir du moment ou on lui faisait savoir qu’une jolie fille cherchait à le voir, il oubliait tout et accourait pour avoir le droit de jouer son charmeur. Biensûr les mecs le connaissait, et du coup aucun d’eux ne pouvaient s’empêcher de le charrier à ce sujet là mais il s’en foutait, il ne cessait de leur dire qu’ils n’étaient qu’une bande de jaloux, rien de plus…

Il n’attendait personne, et du coup, il ne savait pas du tout de quelle blonde il pouvait s’agir, Savannah peut être, sûrement même, c’était bien la seule qui lui rendait des visites, mais à aucun moment il n’aurait put penser qu’il s’agirait de la jolie Karyn. Il avait biensûr toujours gardé contact avec elle après son malaise à son boulot lors de sa grossesse, histoire de s’assurer que tout allait bien pour elle, et que sa fin de grossesse se déroulait au mieux. A plusieurs reprise il lui avait dit qu’elle devrait venir lui présenter les petits bouts mais jamais il n’avait cru qu’elle le ferait, se fut donc tout a fait normal qu’il affiche un sourire heureux mais surpris en voyant cette toute jeune maman face à lui. « Voila donc une agréable surprise jolie demoiselle… Et à voir la poussette double, j’en conclus que les deux petits bouts de chou ont décidé de voir le jour… » fit-il alors entendre en s’approchant d’elle. Il l’avait reconnu mais le soleil en face de lui l’empêchait de réellement bien voir, mais il lui semblait qu’elle n’était pas seul, et la ce n’était pas la poussette qu’il percevait. Mais il ne chercha pas plus loin, attendant d’être tout prêt pour voir aller un jeune homme l’accompagnant. Il se douta alors qu’il s’agissait du papa, mais il fallait avouer qu’il ne prêtait pas plus attention à lui que ça, baissant très rapidement le regard sur les bébés… « Tout c’est bien passé pour ton accouchement ? Pas trop dur les deux d’affilés ? » N’étant qu’un homme, et pas un père en plus, il ne pouvait pas savoir ce que cela pouvait faire ressentir ce genre d’événement, mais il était curieux de nature, du moins tant que cela ne se retournait pas trop contre lui, n’aimant pas parler de lui… Mais pour le moment, il ne s’en faisait pas, il savait très bien que Karyn allait tenir la discussion…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Mer 3 Mar - 18:47

    Les enfants grandissaient bien trop vite. Oui, ça faisait cliché de dire ça, mais, surtout, c'était une chose dont on nous rebattait encore et encore les oreilles, sans cesse, comme si l'on tenait à ce que ça rentre dans notre petite tête, que celle ci soit bien faîte ou pas. Et pendant longtemps, pendant toute sa vie en réalité, et ce jusqu'à il y a deux mois, Karyn était de ceux qui en étaient blasés de ce petit discours. Pour être honnête, elle se disait que, encore une fois, c'était un coup des adultes qui tenaient absolument à justifier leur caractère castrateur, possessif et tout ce qui va avec, de sorte à ce qu'on cesse de les percevoir si mal et qu'on la leur donne, leur petite auréole, celle dont ils rêvaient tant. Et puis, la jeune femme ne comprenait pas réellement pourquoi l'on disait ça. Et ho, un enfant, en général, ça reste minimum 18 ans chez ses parents et à entendre ces derniers, parfois, ça ferait mieux d'être mis à la porte après avoir reçu un bon coup de pied dans le derrière, histoire que ça réalise tous les sacrifices et tous les efforts que l'on fait pour lui. Mais aujourd'hui qu'elle était mère, la jeune femme comprenait parfaitement pourquoi l'on disait ça, surtout qu'elle élevait deux petits jumeaux, des poupons, qui prenaient des centimètres et des grammes chaque jour, qui changeaient jour après jour. Heureusement, les changements physiques n'étaient pas trop radicaux non plus. Elle arrivait encore à reconnaître ses fils, ce qui était normal diront certains. Mais qu'ils viennent essayer de les reconnaître, on va rire ! Oui, les petits étaient jumeaux, pas de vrais jumeaux, certes, mais des jumeaux quand même, qui étaient restés un peu plus de 8 mois dans le ventre de leur mère, tout près l'un de l'autre. Ils n'étaient encore que des nourrissons, se ressemblaient presque comme deux gouttes d'eau, mais Karyn était leur mère, et elle avait un sacré instinct maternel, plus qu'elle ne l'aurait pensée. Elle savait les reconnaître, et ce presque les yeux fermés. Oui, pour le moment, ils ne parlaient pas encore, ne faisaient que pleurer ou baragouiner des choses incompréhensibles, mais elle avait souvent l'impression de pouvoir reconnaître les petits gazouillis de chacun. C'était sûrement encore là l'un des nombreux secrets du monde, et, de toute manière, la jeune femme n'avait strictement rien à faire de quelque explication que ce soit. Elle en était encore au stade adoration devant sa progéniture, et parti comme c'était, elle risquait d'y rester encore longtemps ! Mais qui pourrait bien lui en vouloir, après tout, tous s'accordaient pour dire qu'ils étaient tout mignon, les jumeaux de Karyn et de Nate ! Nan mais vous aviez vu leur père ? Honnêtement, si comme le disait la mère du jeune, ils étaient le portrait craché de leur père au même âge, et ce même s'ils avaient clairement les yeux plus bleus que lui, les deux heureux parents auraient bien du souci à se faire lorsque leurs fils entreraient dans l'adolescence, vous savez, cet âge où nos jeunes gens commencent à séduire ! Les filles allaient clairement s'arracher les deux frères, c'était sûr, et parfois, la nuit, en les berçant ou en les posant de nouveau dans leur berceau après les avoir allaités, Karyn leur jurait qu'ils étaient privés de petites amies jusqu'à leurs 25 ans au moins ! Bien sûr, la jeune femme plaisantait, quoi que ! Karyn était bien placée pour savoir qu'il n'y a jamais d'âge pour commencer à s'amuser, et comme elle, et comme tous les autres avant eux, ils s'amuseraient à leur tour un jour, mais pas avant qu'ils aient eu une discussion avec leur mère et qu'ils aient compris deux trois petits trucs très très important !

    Ils étaient nés depuis deux mois, mais la jeune femme n'avait accepté de les laisser sortir dehors que depuis peu. Après tout, elle était un peu possessive, c'étaient ses fils, pas ceux des autres, elle avait le droit de les avoir rien que pour elle un peu, nan ? Bien sûr, dans le rien que pour elle, elle incluait toute la bande d'amis que Nate et elle pouvaient avoir, et croyez le, cela en faisait tout de même pas mal du monde ! Et puis, ils étaient nés prématurément, et la jeune femme avait préféré être sûre qu'ils ne risquaient rien dehors avant de les laisser pointer le bout de leur nez dans les rues de la Citta Eterna. Ils allaient au parc, assez souvent, et la jeune femme passait son temps ou presque à les photographier, ou à regarder, émue et attendrie, Nate jouer avec eux, leur parler, leur faire des blagues. Oui oui, le jeune homme plaisantait avec ses fils et faisait parfois semblant de se vexer en ne les entendant pas gazouiller en retour, ce qui faisait bien rire la jeune femme. Et alors, miracle, on entendait juste après le petit rire de Karyn deux petits oisillons gazouiller dans la double-poussette, ou dans les deux poussettes, parce que, oui, Nate et Karyn avaient parfois chacun leur poussette ! A croire que les deux p'tits bouts de chou avaient hérité l'envie de taquiner Nate de leur mère ! Pas de doute possible, ni Nate ni Karyn ne pouvaient les renier et ni même refuser de les prétendre leur ! Rome était une grande ville, bruyante aussi, c'était la raison pour laquelle la jeune femme restait dans les parcs et les rues peu fréquentées par les voitures, les rues piétonnes ou assez peu touristiques, voire même piétonnes et assez peu touristiques. Mais aujourd'hui, elle avait décidé d'aller un peu plus loin, et pour ce faire, elle avait demandé à Nate de la conduire en voiture dans le Centre Antique. Elle aimait bien qu'il lui serve de chauffeur, et puis, le Centre Antique, c'était sans cesse bondé de monde, normal, lorsqu'on savait que l'on y trouvait les plus célèbres vestiges de la Rome Antique. Et se balader, ne serait ce qu'avec la poussette double, dans des rues sans cesse arpentées par des centaines de personnes, certaines armées d'appareil photo ultra sophistiqués qui, lorsque le flash fonctionne, vous éblouissent et vous en mettent tant et si bien plein les mirettes que vous n'y voyez plus rien, à part une sorte de gros blanc. Se faire bousculer ? Très peu pour elle, et encore plus très peu pour les deux petitots ! Oui, Nate avait beau être un garde du corps efficace, comme une armée de Japonais déchaîné, il ne tenait malheureusement pas le coup. Alors, ils s'étaient tous les 4 rendus, en bonne petite famille qu'ils étaient, à la caserne des pompiers en voiture. Mais pourquoi à la caserne me direz vous ? Karyn avait elle soudainement envie de voir des tas de pompiers torses nus ? Heu, elle ne disait jamais nan vous savez, mais, merci bien, celui de Nate lui suffisait largement, et puis, aujourd'hui, ce n'était tout simplement pas le motif premier de sa visite à Messieurs les vigiles du feu ! En réalité, il y avait un peu plus de 4 mois, Karyn avait fait la rencontre de l'un d'eux, Cesare -typiquement Italien le sieur !- et était depuis restée en contact avec lui. Que voulez vous, se faire prendre la tension dans le bureau du directeur du Frutta, ça l'avait rapprochée du jeune homme. Et puis, il était sympa, ne s'était pas enfui en courant lorsque, grosso modo, elle lui avait expliqué qu'elle avait fait un déni. Elle lui avait promis de passer le voir avec les p'tits loups une fois que ceux ci seraient nés et, si elle avait mis quelques temps avant de tenir sa promesse, elle l'avait finalement honorée ! Alors, après avoir demandé à le voir, lorsqu'elle vit Cesare s'approcher d'elle, de Nate et des petits bouts de choux, elle lui sourit, heureuse de le revoir et aussi quelque peu repentante de ne venir que maintenant !

    « Ave Cesare, Moretto te saluta ! Ouais, je sais, on a déjà dû te la faire et ça pète moi que le vrai salut, mais c'est tout de même ça !
    Si ça a été dur ? Te dire que non, ce serait mentir. Ce ne sont pas des mastodontes, mais tout de même ! Mais j'ai survécu, comme tu le vois ! Par contre, Nate, il a un peu plus douillé, parce que je lui broyais les dos et lui interdisait de m'approcher à moins de 50 mètres à l'avenir, mais bien sûr, j'en pensais pas un mot ! »


    La jeune femme, qui tenait par la main Nate, alors que le jeune homme poussait de son autre main la double poussette, tourna les yeux vers son cher et tendre, et lui sourit comme elle savait si bien le faire, vous savez, de ce sourire bien à elle, mais aussi bien réservé à Nate. Oui, il avait l'exclusivité de ce sourire ci, parce qu'elle ne pouvait sourire comme ça qu'à lui, c'était fou tout de même, nan ?! Elle rougit un peu, encore pas très fière de ce qu'elle avait fait ! Après tout, elle aurait encore tout le temps de s'excuser, surtout que Nate n'avait pas l'air de se plaindre de tous les moyens qu'elle employait pour se faire pardonner, loin de là ! Elle se mit quelque peu sur la pointe des pieds et embrassa Nate, doucement. Elle le savait peu enclin aux démonstrations d'affection en publique, mais bon, c'était plus fort qu'elle, et puis, elle n'était pas encore redescendue de son petit nuage post-naissance. Et puis, ce n'était pas comme si Cesare allait sortir de sa poche son téléphone portable, les photographier et envoyer le cliché à l'Osservatore.

    « Oh ! J'oubliais ! Cesare, voici Nate, mon homme ! Nate, voici Cesare mon ... Pompier ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Dim 7 Mar - 19:10

    En acceptant la responsabilité de s'occuper de ses enfants, Nathanaël savait parfaitement que sa vie ne serait plus jamais la même. La moindre erreur pouvait avoir des conséquences catastrophiques et il n'était plus seulement question de lui et de Karyn, mais également de leurs enfants, de ses petits êtres fragiles qu'il fallait protéger et élever de la meilleure façon possible. Ca commençait par accepter de se lever à trois heures du matin pour calmer les petits, de prendre du temps pour s'occuper d'eux, y compris des éléments les moins agréables comme changer la couche, gérer le manque total de délicatesse des paparazzis qui n'hésitaient pas à les déranger dans leurs moments de vie familiale pour les mitrailler avec leurs appareils photos. Oui, être père n'était pas facile, surtout lorsqu'il fallait se relever la nuit après une journée épuisante à l'hôpital. Le rythme était effréné en ce moment à l'hôpital, le personnel peinait parfois à faire face à toutes les admissions. Le seul moyen de tenir le rythme sur la longueur était de passer de bonnes nuits de sommeil. Pourtant, il ne s'était jamais sentit aussi vivant, aussi heureux d'être complètement vanné. Devenir père lui avait redonné un nouveau souffle après les difficiles mois passés. Il sentait que ses enfants avaient besoin de lui et il était prêt à tout pour leur donner le meilleur de ce qu'il était capable d'offrir. Prendre ses fils dans ses bras lui permettait de prendre conscience de la chance qu'il avait de vivre la plus belle expérience qu'un homme puisse vivre, celle de voir grandir et d'élever des enfants qui un jour, s'il avait bien fait son travail, pourraient à leur tour connaître ce bonheur. Nate était complètement gaga de ses fils, mais il n'était pas le seul, Karyn elle aussi était en admiration devant ces petits anges qui possédaient ses magnifiques yeux bleus mais qui ressemblaient tant à leur père. Leurs amis se battaient pour avoir la garde des jumeaux, bref ils étaient le centre d'attention de tout le monde. Quoi qu'il en soit, les deux parents gagas étaient cependant bien décidés à ne pas tout passer à leurs enfants, à savoir leur dire non. Les aimer oui, les choyer oui, leur offrir tout le confort nécessaire d'accord, mais il était hors de question de faire des jumeaux des enfants pourris gâtés ou des fils à papa incapables de se débrouiller tout seul, planqués dans les jupes de leurs mères jusquà l'âge de 25 ans. Nate et Karyn avaient eu la chance d'avoir tout deux des parents admirables et ils n'aspiraient qu'à leur ressembler. Savoir dire non, fixer des limites, définir la relation parents-enfants, les envoyer à l'école publique sont un exemple des décisions qu'ils avaient prises dors et déjà ensemble. Pour le moment, les jumeaux n'étaient que des enfants mais ils grandissaient vite, trop vite même, et avant qu'ils n'aient le temps de dire « ouf », tout deux seraient des enfants en âge de comprendre que les chefs à la maison ce sont les parents et pas les enfants, que le respect et la politesse sont des valeurs essentielles, qu'il faut être gentil avec les filles et se laver les mains avant de passer à table.

    Ce jour là, Karyn, Nate et les enfants sortaient faire leur ballade habituelle, sauf que cette fois Karyn avait quelqu'un de spécial à leur présenter : un pompier qui l'avait secouru lorsqu'elle avait fait un malaise au boulot. Pas de ballade dans le parc donc, mais du moment que Nate passait un moment avec sa petite famille, tout lui convenait. Nate s'installa au volant et suivit les indications de Karyn pour les conduire jusqu'à destination. La circulation était infernale, particulièrement un samedi après-midi, cependant c'était toujours mieux que marcher des kilomètres en plein soleil avec des bébés dans la poussette ou que de prendre les transports en communs peu réputés pour leur propreté. Il était hors de question que Nate prenne le moindre risque avec ses bouts de chou. Arrivés sur place, Karyn prit la tête de la petite troupe Moretto-Lorissienne et ils furent bientôt rejoint par un jeune homme qui avait fière allure, aux yeux bleus charmeur. Bah voyons, pourquoi les mecs que fréquentait sa copine était-ils tous des beaux-gosses dans la fleur de l'âge et du genre charmeur : d'abord le fils Spinelli, puis le père, le fameux Lukas et maintenant monsieur le pompier musclé et charmant. Comment voulez-vous que Nate ne se sente pas menacé, on aurait que Karyn aimantait les beaux-gosses ou pire, qu'elle recherchait la compagnie de tels hommes pour sentir valorisée. Elle les présenta bien évidemment, le pompier avait un prénom : Cesare et bah avec un nom comme celui-là les portes de Rome lui étaient grandes ouvertes, enfin Nate n'avait plus qu'a espérer que le pompier ne conquerrait pas le territoire des autres comme l'avait fait celui qui avait rendu ce nom célèbre. Le territoire en question dans ce cas là, c'était Karyn, alors à la moindre envie expansionniste de la part du jeune homme, Nate n'hésiterait pas pas à lui faire subir le même sort que Brutus avait infligé à l'Empereur. Il l'accueilli néanmoins avec un sourire, pour l'instant il n'avait aucune raison d'être désagréable avec lui mais il appréciait tout de même le baiser que lui offrit Karyn, d'abord pour le baiser en lui même mais aussi parce que ça permettait peut être de faire comprendre au jeune pompier qu'entre lui et Karyn c'était du sérieux, quoi que avec des enfants, c'est difficile de ne pas comprendre que leur couple était solide. Bon, d'habitude il n'aimait pas trop les démonstrations d'affection en public, mais ça avait eu le mérite de remettre plusieurs fois à leur place des hommes un peu trop entreprenant à son goût avec sa petite-amie. Et puis bon, Nate n'allait pas se plaindre du sentiment de culpabilité de Karyn après ce qu'elle lui avait dit lors de l'accouchement, il faut dire que depuis elle ne cessait de tout faire pour se rattraper. En réalité Nate estimait qu'elle s'était largement rattrapée mais il était hors de question de lui dire, autant en profiter encore un petit peu...
    Par politesse, Nate tendit la main à Cesare pour la lui serrer, l'autre main accrochée à la poussette, comme si il avait peur que quelqu'un la vole avec les bébés à l'intérieur...bah quoi, papa gaga = papa parano.

    « Enchanté Cesare, et merci pour...enfin tu sais, avoir secouru Karyn quant elle en avait besoin... »

    Jaloux, méfiant et parano peut être, mais toujours respectueux et poli le Nathanaël...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Ven 12 Mar - 3:03

Ave Cesar, oui en effet c’était une phrase qu’il entendait souvent, mais ça ne le gênait pas, au contraire il trouvait ça plutôt rigolo même, même si pour le coup ça l’avait fait levé les yeux au ciel comme pour montré son dépit, même s’il était tout souriant alors qu’il observait les deux petits bouts. Il ne se penchait tout de même pas trop au dessus de la poussette, étant encore tout mouillé, il ne voulait pas arroser les bébés, ça serait dommage qu’il chope un petit rhume à cause de lui quand même, mais il était curieux de savoir comment l’accouchement s’était passé, alors s’était tout à fait normal qu’il pose la question à la maman. Il fallait avouer que même s’il avait remarqué la présence de son homme, il n’avait pas pour autant porté son attention sur lui, c’est vrai que ça pouvait le rendre mal poli, mais il était comme ça, il n’était pas désagréable pour autant, juste son attention était toujours porté sur les jolies filles, le faisant alors zapper très facilement les messieurs qui pouvaient les accompagner… Il n’avait rien contre lui, c’était juste dans sa nature, et c’était pour ça qu’il écoutait ce qu’elle avait à lui dire. Elle lui expliquait en vitesse comment son accouchement s’était passé, et de savoir que son mec s’était fait broyer les doigts alors qu’elle était entrain de douiller pour faire naitre le fruit de leur amour ne put que le faire lâcher un petit rire…

Se fut alors le seul moment ou il releva le regard sur le jeune homme, voyant alors le bisou de la demoiselle, et rien qu’à voir le regard de Nate lorsqu’elle fit ce geste tendre, Cesare put alors comprendre ce côté fier, et rassuré de la voir agir ainsi… Il comprenait très bien ce genre de chose, lui-même, s’il avait une petite amie, maman de ses enfants, aussi charmante que la jolie Karyn agirait surement de la sorte. Il voulu faire une remarque quant à la main broyée, mais il n’en eut le temps que la jolie blonde présenta son ami à Cesare, avant que ce dernier ne lui tende la main pour le saluer… En un sourire, le romain tendit la main à son tour pour serrer la sienne, mais restant sans conteste un petit chieur, il le relâcha super vite pour se mettre à parler et expliquer son geste.. « Désolé, je voudrai pas te faire mal, ca doit rester douloureux encore, il parait que les femmes entrain d’accouché on une force impressionnante ! ». Il avait dit cela avec le sourire pour bien montrer que c’était pour rire, qu’en aucun cas il était entrain de traiter ce gars de fillette ou quoi que ce soit dans le style, il ne se le permettrait pas de toute façon… Cesare n’était pas quelqu’un qui jugeait à la va vite les personne qu’il pouvait rencontrer, il n’était très avare de parole ça c’était clair, mais il aimait apprendre à connaitre les gens avant de porter un jugement sur eux, et c’était le cas avec tous le monde, fille ou gars, c’était pareil pour lui. Bon on était d’accord sur le fait qu’il n’apprenait pas toujours à connaitre les filles, la plupart qu’il rencontrait étant des nanas d’un soir, mais il ne portait pas autant de jugement sur ces dernières, il ne les connaissait pas, mais il passait du bon temps avec elle, prenant toujours soin de se protéger. Enfin bref, une fois sa petite blagounette faite, il reprit la parole pour, cette fois ci, répondre à ce qu’avait put lui dire Nate… « Vraiment pas de quoi, je n’ai fais que mon travail… Et puis c’était un plaisir de m’occuper d’elle, elle est du genre bavarde, ca contraste avec le fait que je ne parle que très peu… » laissa-t-il entendre tout en lâchant un léger rire alors qu’il avait reposé son regard sur la demoiselle lorsqu’il s’était mit à parler d’elle.

Mais son attention fut bien vite attiré par un des petits bouts qui avait décidé de se faire entendre, bon rien de bien grave, il ne pleurait pas, juste des petits gazouillis et autre bruit bizarre qui du coup amena le beau gosse à reposer son regard sur les jumeaux… « Et c’est quoi leurs petits noms ? » … Il n’avait même pas pensé à demandé depuis qu’ils étaient là, alors que les principaux acteurs de cette journée étaient quand même eux n’est ce pas ? En tous cas ce bébé là avait décidé que c’était le cas, et Cesare était entrain de devenir tout gaga et passé sûrement pour un débile à lui répondre en faisait des bruits tout aussi bizarre que lui… Il avait toujours aimé les enfants, ceux des autres biensûr, il était bien loin d’être prêt à en avoir un lui-même, mais il pouvait être un mec totalement différent lorsqu’il s’agissait d’enfant de son entourage… Il avait envie de le prendre dans ses bras, mais étant tout mouillé ce n’était vraiment pas une bonne idée… « Si jamais vous me laissez le temps de me changer, et de me mettre quelque chose de sec, je pourrai le prendre dans mes bras ? » demanda-t-il avec un sourire de gamin sur le visage tellement il était impatient… Il avait préféré demandait l’autorisation avant d’agir, après tout peut être qu’ils étaient de ses parents qui refusent qu’on touche à leur enfant, il n’en savait rien. Il avait beau apprécier Karyn, il ne la connaissait pas pour autant, quant à Nate, il le connaissait encore mois, alors il ne voulait pas les froisser ou les vexer en faisant quelque chose qu’ils n’apprécieraient pas. Il attendit alors que l’un ou l’autre ne lui réponde histoire de savoir s’il devait aller rapidement se changer ou pas, mais sans trop savoir pourquoi un truc lui passa par la tête… « J’y pense, vous voulez peut être boire quelque chose ? Vous devriez rentrer dans la caserne on sera plus tranquille, et puis ca vous permettra de sortir les petits de la poussette, non ? » Qu’ils ne s’en fassent pas, il n’avaient rien à base d’alcool, en service ils n’allaient tout de même pas se saouler, mais il avait tout un tas de jus de fruit à proposer si jamais ils le souhaitaient…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Jeu 25 Mar - 12:15

    Karyn observait du coin de l’œil Nate saluer Cesare, et elle devait bien avouer que cela l’amusait quelque peu. Mais après tout, le petit sourire taquin accroché au coin de ses lèvres ne valait-il pas mieux que tous les longs discours ? Nate n’était pas le plus jaloux des hommes, mais il n’en demeurait pas moins qu’il éprouvait tout de même un certain sentiment de propriété avec elle. Certes, elle n’était pas un objet, et de toute façon, elle savait bien que son petit ami ne la considérait pas du tout comme tel, c’était simplement qu’elle était à lui, qu’elle était sienne, et qu’il n’hésitait pas à remettre certaines personnes un peu trop entreprenantes à leur place dès qu’elles s’avisaient d’un peu trop marcher sur ses plates bandes. Pour la jeune femme, c’était un sentiment tout à fait normal de la part de Nate, après tout, sur ce terrain là, elle devait bien avouer qu’elle en tenait une couche, et elle savait très bien qu’elle n’avait rien à dire, parce qu’elle était pire que lui. En effet, s’il y avait bien une chose, entre autres, qu’elle ne supportait pas, c’était de voir de jolies demoiselles s’approcher un peu trop près de son homme, lui sourire un peu trop en penchant la tête comme un chiot -sauf que pour le coup, le chiot semble quelque peu avoir des soucis niveau régulation salivaire- et rire à tout ce qu’il pouvait bien dire, et ce même si ça n’avait rien de drôle. En général, soit elle s’élançait le plus rapidement possible vers le duo, voire même le petit groupe lorsque ces demoiselles décidaient de s’attaquer à Nate en bande, et venait tout simplement s’assoir sur les genoux de Nate, soit elle envoyait promener les demoiselles en leur disant d’aller voir ailleurs si elle y était et d’y rester, puisque, justement, elle n’y serait pas. Cependant, dans ce dernier cas, la jeune femme était soit fatiguée, soit complètement énervée de devoir chasser les demoiselles comme l’on chasse les mouches tournant autour d’une belle tartine de confitures, et ce pour la énième fois dans la soirée. Mais il arrivait aussi souvent qu’elle ne fasse rien, qu’elle reste dans son coin, se renfrogne et boude quelque peu, en faisant tourner sa paille dans son cocktail, et en ne regardant rien de précis, en ne disant rien. Dans ces cas là, c’était pire, parce qu’elle se renfermait sur elle-même, qu’elle se coupait du monde et que, parfois, elle continuait à faire la tête même après que Nate se soit débarrassé lui-même de ses groupies et qu’il soit venu la rejoindre. Bien sûr, dans ce cas là, elle était tout simplement bonne pour une nouvelle crise de culpabilité, et elle mettait tout en œuvre pour se faire pardonner, et se promettait à elle-même en même temps qu’à Nate que plus jamais on ne l’y reprendrait … jusqu’à la prochaine fois en tout cas ! Mais après tout, peut être le méritait-elle un peu, puisqu’elle faisait parfois exprès de faire enrager Nate en laissant de beaux mâles lui tourner autour. L’arroseur arrosé pouvait donc parfois être elle, et elle n’avait rien à dire, elle le savait bien, mais c’était plus fort qu’elle, que voulez vous ?

    Cependant, lorsque Nate quitta sa main pour la tendre vers Cesare, et ce afin de le saluer, parce que, tout enclin à la défense de ses possessions qu’il était, Nate n’en restait pas moins poli et civilisé, et que Cesare s’empressa de quelque peu le taquiner, Karyn retint son souffle. Nate avait beau être civilisé, comme tous les hommes, elle savait qu’il avait sa fierté, et l’attaquer, c’était peut être pas le bon plan. Tous les deux étaient fatigués, un peu, parce que leurs fils se réveillaient souvent la nuit, à n’importe quelle heure, alors, elle ne savait pas trop comment Nate allait réagir. Mais elle ne dit rien, préférant voir de ses yeux ce qui adviendrait. Surtout que Cesare s’empressa d’assurer Nate que celui-ci n’avait pas à le remercier, et lorsqu’il évoqua le fait que Karyn soit plus bavarde que lui, le visage de la jeune fille s’éclaira d’un sourire amusé. Pas de doute possible, elle avait eu bien de la chance de tomber sur lui plutôt que sur un pompier cinquantenaire qu’elle aurait pu énervé à trop parler et qui aurait pu la juger pour tout ce qu’elle aurait bien pu lui raconter, dans le seul but d’expliquer de quoi il en retournait exactement pour elle dans sa situation, bien sûr. Mais elle savait bien que, sans nul doute, Nate aurait préféré que Cesare soit moins « pas mal dans son genre ». Mais bon, après tout, personne n’avait particulièrement demandé à ce que ce soit un pompier jeune et séduisant qui se ramène, et peut être qu’au fond, Karyn était simplement un aimant à jolis garçons, la preuve, avec Nate, elle avait réellement décroché le gros lot. Certaines disaient que c’était injuste, qu’elle était entourée de tout un tas de jolis garçons et qu’elle gaspillait en n’en profitant pas. Elle s’en moquait bien, seul Nate comptait et les autres étaient simplement des amis, des connaissances, qu’y avait-il de mal à ça ? Cependant, l’un de leurs fils, à Nate et à elle, ne lui laissa pas plus de temps pour réfléchir, se manifestant. Le cœur de la jeune femme s’emballa aussitôt, cela lui faisait souvent ça en ce moment, à croire qu’elle était directement reliée avec eux. Elle se pencha aussitôt sur la poussette, s’accroupissant quelque peu, et vint taquiner la petite menotte de son fils avec son index droit. Dieu qu’il était beau, comme son père … Toute à sa contemplation, Karyn ne réagit pas immédiatement aux questions de Cesare. Surtout, le jeune homme ne devait pas le prendre pour lui, c’était comme ça pour tout le monde, tous étant dans le même panier, sauf Nate, mais étrangement -ou pas d’ailleurs- la jeune femme trouvait cela logique. Ce n’est que lorsque Cesare leur proposa de boire un petit quelque chose et de rentrer complètement dans la caserne qu’elle releva la tête vers Cesare et qu’elle lui sourit.

    « Si Nate est d’accord, je ne vois pas de raisons de te refuser ça ! Et j’accepte volontiers un petit quelque chose à boire, mais un jus d’orange me suffira amplement ! »

    Elle se remit debout, et posa une main sur la poussette, histoire d’éviter de tomber parce qu’elle voyait quelque peu des étoiles. C’était ça de se relever d’un seul coup. Elle cligna plusieurs fois des yeux, tout en fronçant un peu le nez. Il n’y avait pas à dire, elle avait une façon bien à elle de se comporter sans jamais être trop ridicule, du moins, elle espérait de pas trop l’être ! Elle tourna ensuite les yeux vers Nate et lui sourit. Le soleil de Février était doux, mais éclairait tout de même Nate et du point de vue de Karyn, son petit ami ressemblait à un ange. Hallelujah ! Peut être lui souriait elle niaisement, elle n’en savait rien, tout ce qu’elle savait, c’est qu’il était beau, et qu’il était tout à elle. Cependant, il fallait bien qu’elle se reprenne avant que Cesare n’en vienne à leur demander si tout allait bien et s’ils étaient sûrs que la jeune femme n’avait pas besoin de voir un psy. Elle tourna alors les yeux vers Cesare en souriant.

    « Il suffit que tu nous montres par où c’est exactement, qu’on ne se retrouve pas dans la réserve ou pire, le bureau du Capitaine, et on te suit ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Dim 28 Mar - 12:26

    Rester calme, poli et civilisé même s'il se sentait jaloux ou irrité, c'était ce que ses parents s'étaient toujours efforcés à lui inculquer. Cela ne fait jamais bonne impression de se mettre en colère à la moindre contrariété. Le but de Maria et Tomaso Lorisse avait toujours été de donner à leurs deux fils les clés pour se comporter convenablement en société car de là dépendaient beaucoup de choses comme le travail, les relations avec de nouvelles connaissances, avec ses collègues, avec ses amis, avec sa petite-amie et même avec ses futurs enfants s'il en avait un jour. Fort heureusement, Nate avait été aidé par son caractère calme et posé. Certes il ne tenait pas en place et il n'aimait guère ne rien avoir à faire, mais il avait toujours été extrêmement patient avec les gens et son métier l'avait encouragé à continuer dans cette voie. On ne devient pas chirurgien si on est pas capable d'un minimum de calme et de patience. Du coup, lorsque Cesare lui fit une petite remarque sur le fait que sa main devait encore être douloureuse après l'accouchement de Karyn. Son esprit formait déjà la phrase « C'est la tienne qui va être douloureuse si tu continue » tandis qu'un sourire s'affichait sur son visage. Rester calme et courtois, il ne servait à rien de se mettre à dos un ami de Karyn, la jeune femme en serait mal-à-l'aise et il ne voulait pas blesser la femme qu'il aimait. De toutes manières, même s'il était épuisé et les nerfs à fleur de peau, il avait passé l'âge des gamineries et s'efforçait de passer au dessus des petites remarques qu'il jugeait insignifiantes.

    « Ne t'en fais pas pour ma main, dans mon métier c'est mon outils le plus précieux, elle en a vu d'autres... »

    Rester courtois et poli n'empêchait pas de répondre à la petite pique de son interlocuteur, en tout bien tout honneur bien entendu. S'il était du genre posé et réfléchit, Nate savait manier l'art de la rhétorique et il n'en avait pas moins une certaine aptitude à répliquer de façon rapide avec une précision qui pouvait parfois être cassante, même si ce n'était pas le cas ici. Il avait bien vu que Cesare ne cherchait pas à le blesser, juste à le provoquer quelque peu sur le ton de la taquinerie et Nate y avait répondu de la même façon. Il fallait juste être plus délicat que d'habitude avec lui et Cesare ne semblait pas être au courant, il dormait mal à cause des petits dont il devait s'occuper en plein milieu de la nuit après une journée de travail épuisante et pouvait être plus irritable qu'en temps normal. Néanmoins, il était toujours cet homme calme qui pouvait canaliser l'énergie débordante de sa petite amie, même s'il avait remarqué que cette énergie avait tendance à diminuer depuis qu'elle devait se lever régulièrement la nuit pour nourrir les jumeaux. Nate remercia le jeune homme pour être venu au secours de Karyn lorsqu'elle en avait eu besoin, il était peut être jaloux, mais il savait reconnaître et apprécier les efforts de quelqu'un qui s'était employé à aider un proche. C'était son boulot de secourir les gens, tout comme c'était le sien à lui, il n'empêche que Cesare avait très bien fait son travail et que ça ce n'était pas toujours le cas de tout le monde. Cesare demanda ensuite à ce qu'après s'être changé, il puisse prendre les enfants dans ses bras. Nate fit la grimace, si pour Karyn le pompier était un ami, pour lui il restait un inconnu, et il n'était pas facile de mettre ses enfants dans les bras d'un inconnu. Les jumeaux étaient avec sa petite amie les choses les plus précieuses qu'il avait et il avait toujours une petite appréhension au moment de remettre ces petites choses fragiles dans les mains d'une personne qu'il connaissait à peine. Mais après tout, il savait que Karyn ne s'entourait pas de n'importe qui, que ses amis étaient des personnes de confiance et qu'elle même ne remettrait jamais ses enfants dans les bras d'une personne qui pourrait les mettre en danger, que ce soit volontairement ou non. Il consentit donc à entrer, offrant par la même occasion à Cesare le fait de pouvoir un peu mieux connaître les jumeaux. Son regard se posa sur Karyn et s'attendrit sur la scène de la jeune femme en train de chatouiller la petite main d'un de ses fils. Non décidément Karyn ne pourrait jamais remettre ses enfants dans les bras de quelqu'un en qui elle n'aurait pas confiance.

    « C'est vrai qu'avec cette chaleur un petit quelque chose à boire ne serait pas de refus. Et puis les jumeaux commencent à s'agiter, je crois qu'il est temps de les laisser sortir un peu de leur poussette. »

    Ils avaient beau être encore rikiki, on pouvait déjà discerner chez les bébés des traits de caractères de leurs parents, tout deux ne tenaient pas en place et leur curiosité était insatiable, ils avaient sans cesse besoin de toucher telle ou telle chose, intrigués par la texture ou la couleur. C'était de petits aventuriers en herbe. Cesare serait peut être une nouvelle source de curiosité, quelque chose de nouveau a découvrir. Il espérait juste que le jeune pompier n'avait pas laissé traîné de trucs dangereux pour les petits, dans une caserne, on ne sait jamais. Nate avait souvent la manie de balayer une pièce du regard avant d'y laisser entrer ses enfants et déplaçait tout objet qui lui semblait dangereux pour les petits. Karyn s'en amusait et le taquinait souvent sur le sujet, le traitant de papa poule. Il n'empêche qu'elle pouvait bien faire la maligne, elle faisait très maman-gaga à titiller ainsi la main de son fils.
    Lorsque Karyn se redressa et le regarda si amoureusement, lui souriant d'une façon absolument irrésistible, Nate passa doucement la main dans son dos dans une tendre caresse. Si tout deux n'étaient pas adeptes des démonstrations d'affections en public comme les baisers approfondis, ils ne se refusaient jamais un petit geste tendre et discret mais dans lequel transparaissait inévitablement tout l'amour qu'ils pouvaient éprouver l'un pour l'autre. Puis il se pencha à son tour sur les deux poussettes.

    « Alors les garçons,est-ce que vous voulez entrer dans la caserne et faire connaissance avec un vrai pompier ? »

    La proposition du papa fût accueillit par un gazouillis ravi et absolument craquant de la part des jumeaux et la petite famille suivit le pompier dans la caserne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Sam 10 Avr - 1:16

En aucun cas Cesare aurait souhaité vexé Nate, il était un peu taquin, et un peu beaucoup chieur il fallait bien l'avouer, mais jamais il ne chercher vraiment à énerver les gens, il fallait juste apprendre à le connaître pour savoir que s'était juste sa façon à lui ne jamais trop se dévoiler, cela dit il laissait que très peu de gens s'approcher d'assez près de sa vie pour en connaître le fond. Même Savannah, avec qui pourtant il passait énormément de temps, avec qui il s'entendait à merveille, même avec cette jolie fille qui avait prit une place très importante dans sa vie ne savait pas grand chose de lui au final, mais elle avait apprit assez pour ne jamais se vexer de ces remarques ou de son côté sûr de lui qu'il aimait à montrer bien souvent... Mais il savait qu'il pouvait porter sur les nerfs pas mal de gens, surtout les mecs à vrai dire, vu qu'il prenait un malin plaisir à faire savoir aux jolies filles qu'elles sont jolies d'ailleurs, et ce, sans même se préoccupé du fait qu'elles soient accompagné ou pas. Mais Nate avait de la chance de ce côté là, le pompier était plutôt curieux de voir leur enfant et ne s'était pas trop adonné à des compliments sur la jolie Karyn, même si dans le fond, ce n'était pas toujours la drague lorsqu'il agissait ainsi, bien souvent en effet mais pas tout le temps, et il appréciait réellement la demoiselle, sa joie de vivre lui paraissait contagieuse lorsqu'elle était dans les parages et il aimait beaucoup cette impression, d'autant plus que son petit ami, peut être mari, après tout le romain n'en savait rien, mais il ne lui semblait pas que la charmante blonde lui ait parlé de mariage lors de leur première rencontre, et il était quasiment sûr qu'elle lui avait raconté toute sa vie vu le nombre d'anecdote qu'elle lui avait conté ce jour là, enfin bref, Nathanael semblait être un gars très sympa et il n'y avait pas de raison que Cesare s'en prenne à lui d'une façon ou d'une autre, du moins rien de réellement volontaire...

Comme je l'ai dis, le beau gosse était assez intéressé par les deux petit bout qui se trouvaient dans la poussette, en même temps s'était un peu la raison de la visite du couple, Karyn lui avait promit de lui présenter les enfants lorsqu'ils seraient nés et Cesare était ravi de voir qu'elle avait en effet tenue sa promesse. Elle n'était pas obligé, ils ne s'étaient pas échangés leurs numéros, et ne s'étaient jamais revu à vrai dire depuis la petite baisse de tension qu'elle avait fait lors de sa grossesse, du coup même si la pompier avait vraiment aimé ce moment avec elle, de voir cette femme faire un malaise mais pourtant restait super zen face à tous ça, à parler comme si tout était normal, il avait l'impression d'être devant une jeune femme très forte et elle n'en était que plus charmante à ses yeux. Mais preuve que même s'il était très dragueur, il n'en était pas moins respectueux lorsqu'il voyait qu'une demoiselle était très heureuse dans son couple, il n'avait jamais cherché à draguer réellement Karyn, biensûr il lui avait fait des compliments, mais ça s'était seulement parce qu'il aimé à être sincère et à faire savoir aux demoiselles lorsqu'elles étaient particulièrement jolie. Enfin bref, tout ça pour dire qu'il était donc perché au dessus des poussettes et qu'il regardait les deux petits bouts avec le sourires aux lèvres tellement ils étaient magnifiques avec leur yeux grand ouverts, comme s'ils étaient avide de découverte. De les voir ainsi lui donna très envie de pouvoir les prendre dans ses bras mais il était hors de question qu'il fasse cela sans en demander la permission aux nouveaux parents, ce qu'il fit, mais bien vite il se rendit compte qu'il faisait tout de même assez chaud et que s'il devait aller se changer, étant encore trempé, ça ne serait pas très sympa de les laisser patienter tous les deux dehors ainsi, alors il proposa aux couples de rentrer dans la caserne si ça leur disait, ainsi il pourrait leur offrir à boire et ils pourraient tous se poser quelque temps...

Ravi de voir que tout le monde semblait d'accord, il les mena donc à la salle de repos où quelques collègues étaient entrain de se faire des courses de Mario Kart sur Wii, ce qui fit rire le beau gosse en les voyant tellement à fond dans leur jeu qu'on pourrait les prendre pour des vrai gamins de onze ans, ils étaient tellement dans leur jeu que même pas ils avaient remarqué l'intrusion de Cesare et ses invités, cela viendrait sûrement un peu plus tard. En attendant, le charmeur professionnel les fit s'installer à leur aise sur un canapé dans le fond de la pièce, en leur montrant que s'ils le souhaitait il y avait un espace de libre pour installer les petits, à condition d'y déposer une couverture ou quelque chose comme ça parce que bien que cette partie là de la caserne était toujours propre, il était préférable d'installer les petits bouts au mieux, à moins qu'ils préfèrent les garder avec eux sur le canapé après tout, c'était juste pour les prévenir... Le gadjo s'excusa alors auprès d'eux pour filer dans les vestiaire et se trouver une tenues de rechange, qui était en fait identique à celle qu'il portait déjà mais au moins celle ci était sèche, et il put alors revenir près de la petite famille sans oublier de prendre un verre de jus d'orange bien frais pour la demoiselle à qui il le tendit un sourire aux lèvres... « Voilà pour la belle... Nate je te sers quoi ? » demanda-t-il en attendant que la blonde récupère son verre tout en regardant son homme en vu d'une réponse... D'ailleurs en parlant de réponse ni l'un ni l'autre ne lui en avait donné lorsqu'il avait demandé leurs prénoms mais vu qu'il avait enchainé sur le fait de rentrer se changer et boire un verre, peut être qu'ils n'avaient pas fait attention en fait, il allait bien reposer la question un peu plus tard après tout, pour le moment il attendait juste de savoir ce qu'il allait servir au médecin...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Mar 13 Avr - 19:07

    Il était essentiel pour les jeunes enfants de se sentir entourés, et encore plus essentiel, par des personnes des deux sexes, histoire qu'ils sachent se familiariser très vite, et qu'ils comprennent qu'ils n'allaient pas avoir à respecter au cours de leur vie seulement les hommes ou seulement les femmes. Bien sûr, cela ne faisait pas tout, l'éducation comptant beaucoup, voire même essentiellement, mais le principe de base perdurait. Karyn connaissait cette règle, elle l'avait même expérimentée. Lorsqu'elle était jeune, son père était déjà toujours parti en vadrouille aux quatre coins de la planète, et Krystal, sa mère, avait jugé nécessaire qu'elle voit des garçons, et pas seulement ses frères, histoire qu'elle comprenne très vite qu'elle n'allait pas devoir écouter les femmes, et qu'elle allait devoir aussi bien respecter les femmes que les hommes, et ce même si son paternel n'était pas sans cesse là. Sans cela, Krystal savait très bien qu'elle risquait de se retrouver avec une mini amazone sur les bras, qui rejetterait en bloc la moindre demande ayant la malheur d'émaner d'un homme. Cependant, Karyn avait toujours plus ou moins montrer les crocs face aux hommes, sans nul doute parce qu'elle tenait sincèrement à toujours leur prouver qu'ils n'étaient pas seuls sur cette Terre et que les femmes n'étaient pas leurs bonnes à tout faire. Ce temps était révolu, depuis longtemps dans l'esprit de la jeune femme qui avait de toute manière sa façon bien à elle d'évaluer le temps et les durées. Cependant, nous étions en Italie, et dans ce pays, certains clichés, certaines traditions avaient la dent dure, et les sortir de la tête de certaines personnes, le plus souvent masculines, comme par hasard, c'était comme chercher à faire comprendre à un enfant capricieux que pleurer et s'agiter en tout sens pour obtenir l'objet de son caprice, c'était inutile et immature. Lorsqu'elle était enceinte, et que les liens n'avaient pas encore été renoués avec Nate, la jeune femme qu'était Karyn s'était fixé un grand objectif, un grand objectif parmi d'autres grands objectifs : ses enfants auraient le droit, et même le devoir, de voir leur père, et ce même si elle devrait pour ça batailler dur et ferme avec Nate pour qu'il accepte de garder de temps à autre ceux qui étaient autant ses enfants à lui que ses enfants à elle. Mais elle connaissait plus qu'assez le jeune homme pour savoir que s'il lui en voulait, de tout son coeur, de toute son âme, de toutes ses forces, il aurait l'intelligence d'esprit de ne pas reporter cette avalanche de rancoeur sur leurs enfants, innocentes victimes qui n'avaient rien fait, qui n'avaient rien demandé à personne, et qui ne seraient pas en âge de répliquer et de se défendre avant plusieurs années. Mais pour la jeune femme, l'idée de base, c'était que ses enfants s'habituent à avoir auprès d'eux une présence masculine, et si Nate et elle n'étaient pas revenus ensemble, et bien elle saurait requérir aussi l'aide de ses amis garçons, afin que ceux ci pointent le bout de leur nez un peu plus souvent que si les futurs enfants avaient sans cesse un homme sur qui poser les yeux, et surtout, sur qui baver après avoir mangé.

    Depuis toute petite, elle savait se faire des amis, aussi bien filles que garçons, et elle savait que cela ne serait jamais un réel problème pour elle que de trouver un volontaire, ou une âme charitable née garçon pour passer du temps avec elle lorsqu'elle en ressentait le besoin ou tout simplement lorsqu'elle voulait faire un peu chi*r, bien qu'elle espérait que sa présence n'engendrait et n'engendrerait jamais de rancoeur et d'ennui. Elle était de ces personnes qui croyaient tout à fait dans la possibilité d'une amitié entre un garçon et une fille sans que cette amitié ne cache forcément une quelconque attraction amoureuse ou physique. Pour elle, un garçon et une fille amis, ça ne finissait pas forcément dans un lit, sous les draps ou sans les draps, à se bécotter et à se faire la fête. Elle avait confiance dans les garçons, elle avait confiance dans tous ces hommes entre les mains desquels elle acceptait de remettre un temps soit peu une partie de son coeur sans craindre qu'ils ne le lui brisent ou ne le lui réduisent en centaines de petits morceaux. Et jusque là, bien sûr, elle avait déjà été déçue, mais jamais été écoeurée. Cependant, elle apprenait toujours la leçon lorsque cela tournait au vinaigre, parce qu'elle avait beau avoir l'air d'une gentille fille, elle n'était pas non plus une bonne poire à qui l'on pouvait tout dire et tout faire sans craindre de se prendre le boomerang dans les dents au retour de celui ci. Oui, un boomerang, c'est mieux qu'un chien et sa balle, ça revient tout seul, sans qu'on l'appelle, vite et à chaque fois, et surtout, cela ne vous revenait jamais plein de bave, c'était là un avantage non négligeable. Franchement, Nate n'avait rien à craindre de Cesare, il était certes beau comme un Dieu, mais aux yeux de Karyn, seul comptait Nate, et elle n'était pas du genre à monopoliser les beaux garçons, même si son répertoire téléphonique était rempli de pas mal des numéros des plus beaux spécimens masculins que comptait Rome, mais bon, côté demoiselles Italiennes, la réciproque était elle aussi vraie, vraie et constatable. Mais le jeune homme avait visiblement compris le message : elle ne percevait dans sa tendre caresse aucun caractère sec, aucune rancoeur, rien que de l'amour, de la tendresse, de la passion, de l'affection, et tout un tas d'autres bons sentiments, et, oui, ça fait beaucoup de choses dans un seul geste, mais que voulez vous, elle en était accroe de son homme !

    Elle suivit Cesare, qui les menait tout droit là où il voulait les emmener, tout en encerclant de ses deux bras l'un de ceux de Nate. Toute la petite troupe arriva dans ce qui devait sans nul doute être la salle de repos, et Karyn esquissa un sourire en voyant tous ces pompiers, censés être sérieux et disciplinés, se pousser les uns les autres tout en s'affrontant dans un jeu vidéo, pour être le premier. Ils sont beaux tous ces hommes censés vous sauver des flammes ! Cesare leur indiqua le canapé, mais aussi une couverture. Alors qu'il s'absenta quelques instants pour aller se changer, la jeune femme déposa un nouveau baiser sur les lèvres de Nate, et remarqua que, nan, décidément, le monde pouvait bien s'écrouler que les pompiers ne remarqueraient rien, tout à leur jeu qu'ils étaient ! Visiblement, les jumeaux n'étaient pas partageurs, ou alors, leur notion du partage avait des limites, car ils se mirent à gazouiller alors que leur mère quittait les lèvres de leur père. Ils voulaient sûrement réclamer eux aussi leur part de tendresse, ou alors, ils étaient juste ravis pour leurs parents, ou alors, encore une fois, Karyn cherchait à trouver milles et un raisonnements à l'un de leurs gestes ! S'ils sortaient de leur poussette, ce serait seulement pour regagner les bras de quelqu'un, et non pas pour galoper partout. Le canapé et la couverture, c'était bien gentil, mais pas le plus hygiénique qui soit. Et puis, la jeune femme trouvait de toute façon milles et une excuses pour pouvoir les garder avec elle ! Elle s'accroupit une nouvelle fois près de la poussette, caressant du doigt le visage d'Alessio, et relevant un instant la tête vers Nate.

    « Tu vois aucun souci à ce qu'il les prenne un peu dans ses bras, hein ? ... Lequel de tes fils aura l'honneur d'être dans tes bras pour le moment ? »

    Souriant à Nate, et une fois sa réponse obtenue, elle se saisit de l'autre jumeau, et s'installa sur le canapé, plaçant bien le bébé dans ses bras, de sorte à ce que sa tête repose sur son bras et à ce qu'il soit le plus stable possible, ce qui lui permit aussi de prendre le verre de jus d'orange que lui tendit Cesare qui revenait tout juste. Elle lui sourit, le remercia, puis elle déposa un baiser sur le front de son fils. Celui ci tendait une petite menotte vers le verre, attiré par ce que sa mère tenait dans la main.

    « Doucement, tu auras droit à ça quand tu seras plus grand, promis juré ! En attendant, c'est pour Maman ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Lun 19 Avr - 21:30

    Une main sur la poussette, l'autre bras encerclé par ceux de Karyn, Nate suivit Cesare au sein même de la caserne. Il ne pu s'empêcher de sourire lorsqu'il aperçu les collègues pompiers de Cesare occupés à jouer à un jeu vidéo. A vrai dire, ce genre de moments en dehors de la vie réelle et de toutes les responsabilités lui manquait. Il éprouvait parfois le besoin de redevenir un gamin devant un jeu vidéo. Enfin, il y avait un temps pour tout et le jeune homme préférait largement les baisers de Karyn à tous les jeux vidéos du monde. D'ailleurs il ne se priva pas de profiter de celui que la jeune femme lui offrit tandis que Cesare était allé cherché les boissons et que ses collègues étaient trop absorbés par leur jeu pour remarquer quoi que ce soit. Les bébés vinrent les tirer de ce doux moments et ce fût presque à regret que Nate détacha son regard de magnifique visage de Karyn pour reporter son attention vers les petits. Nate et Karyn avait beau profiter de leur vie de couple, avoir des enfants changeait fatalement les choses, ils pouvaient moins passer de temps exclusivement l'un pour l'autre. Les enfants n'étaient jamais loin et ils avaient souvent besoin de quelque chose. A leur âge, c'était loin d'être anormal, tout deux réclamaient beaucoup d'attention. Les deux jeunes gens éprouvaient néanmoins le besoin de se retrouver de temps en temps, de passer un moment seuls tous les deux. Heureusement pour eux, ils avaient une flopée de nounous à disposition. Entre les parents de Nate et leurs amis, ils avaient de nombreuses possibilités et pouvaient se permettre des escapades à deux assez régulièrement sans avoir à embêter toujours la même personne. Ils avaient de la chance d'être bien entourés et leurs amis ou leur famille était toujours prête à leur rendre service... surtout que Sacha et Alessio avait déjà conquis le coeur de nombre de leurs proches. S'occuper de leur famille oui, mais il était hors de question que leur vie de couple soit jetée aux oubliettes. Ils étaient une famille, mais ils avaient aussi besoin de leurs moments privilégiés à deux, aimer ses enfants n'empêchait pas de passer du temps avec son conjoint. Et puis de toute manières, quant le couple ne fonctionnait pas, la famille finissait inévitablement par en être affectée et par en souffrir. Karyn proposa de faire enfin sortir les petits de la poussette et le jeune homme approuva d'un signe de tête. Les jumeaux gigotaient de plus en plus dans leur poussette et leurs parents sentaient qu'ils avaient besoin d'en sortir et de voir autre chose. Le jeune homme tendit les bras vers le jumeau le plus proche de lui avant de l'en sortir.

    « Je vais m'occuper de Sacha pour le moment... heu Cesare, je veux bien la même chose que Karyn. Un jus d'orange, ça ira très bien. »

    Il souleva Sacha et le prit dans ses bras. Le bébé, heureux d'être enfin sorti de la poussette, se mit tout de suite en découverte de nouvelles choses en jouant avec les boutons de la chemise de son papa. Son frère, lui était déjà occupé à essayer d'attraper le verre de jus d'orange de sa mère. De vrais numéros ces deux là. A peine son verre à la main que Karyn était déjà en train d'embrasser son fils. La jeune femme était une maman très câline, elle avait sans doute été élevée dans une famille où on avait pas peur de se toucher et de se faire des papouilles. Nate lui avait été élevé à l'italienne, alors il avait hérité de se besoin de se toucher, de se faire des câlins dans une famille. Même lorsqu'il parlait le jeune homme avait naturellement tendance à vouloir toucher son interlocuteur. Cesare lui servit rapidement son verre et le lui tendit, attardant son regard sur le petit Sacha que Nate tenait dans ses bras. Le jeune interne n'était pas idiot, il devina tout de suite que le pompier avait vraiment très envie de prendre le petit dans ses bras. Cesare lui semblait être un type bien, un homme n'est pas dangereux pour son couple ou pour sa famille parce qu'il a une belle gueule. Et puis le fait qu'il était un ami de Karyn était quelque chose de rassurant. La jeune femme savait s'entourer de personnes de valeur, un pompier de toutes façons, ça ne pouvait pas être méchant ? Tandis que Cesare lui tendait son verre de jus d'orange, Nate eu une idée.

    « Je t'échange le verre de jus d'orange contre le bébé, ça te paraît être un marché honnête ? »

    Bien entendu, le jeune pompier ne refusa pas. Nate lui fit signe de poser le verre de jus d'orange sur la table basse, puis il souleva délicatement Sacha et le reposa dans les bras de Cesare. Il les observa un instant tout de même, puis constatant que le jeune homme se débrouillait très bien, il reporta son attention sur l'écran au fond de la pièce et sur les jeunes pompiers occupés à jouer à la Wii, ils avaient l'air de beaucoup s'amuser. En plus c'était Mario Kart, énorme ! Karyn sembla capter son regard puisqu'un fin sourire s'était dessiné sur ses lèvres. Le jeune homme vint s'asseoir près d'elle, prenant son air de cocker qui la faisait fondre à chaque fois.

    « Dis chérie, je peux aller jouer un moment à la Wii... aller, juste une partie... »

    Il aimait bien jouer avec elle de cette façon, faire semblant d'être l'homme dominé en demandant la permission alors que c'était elle qui l'était en réalité pour une raison qu'elle seule connaissait : elle ne pouvait pas lui résister quant il la regardait de la sorte. En réalité il voulait également faire preuve de politesse, il avait très envie de se jouer une petite course mais il ne voulait pas non plus abandonner Karyn et Cesare. Après tout, c'était le jeune pompier qui les avait invité et il n'avait pas l'intention de s'imposer, Cesare était chez lui et il ne connaissait pas ses collègues. Il ne serait pas long mais il avait très envie de jouer à la Wii et il avait beau être papa, le gamin en lui n'avait pas encore totalement déserté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Jeu 6 Mai - 23:05

C'était vrai que ça ne laissait pas une très bonne impression des pompiers de les voir jouer et se batailler ainsi, mais il fallait bien comprendre que leur boulot n'était pas facile tous les jours, et que du coup s'était vraiment un bon moyen pour eux de décompresser pour être sûr d'être vraiment calme et apte à faire leur boulot lorsqu'on avait besoin d'eux. C'était un peu leur exutoire en quelque sorte, et si jamais ils n'étaient pas devant la console, il se faisait un basket sur le terrain derrière la caserne, mais s'était très rare qu'on les trouve calme dans la caserne, il n'y avait vraiment que Cesare pour se faire des siestes sur le camion de pompier en attendant la prochaine alerte, ou bien attendant qu'on finisse par l'arroser à vouloir laver le camion qu'il avait choisi pour sa sieste. Enfin bref, tout ça pour dire qu'il ne fallait donc pas se faire une fausse idée en les voyant agir ainsi, surtout que c'était vrai qu'aucun d'entre eux n'avait remarqué la présence de Cesare et de ses invités, mais une chose était sûr si jamais l'alerte venait à sonner, la console serait abandonné en quatrième vitesse, aucun d'entre eux ne prendrait même le temps d'éteindre la télé. Ils étaient juste tous des grand gamins qui avaient besoin de défouloir pour ne pas craquer face à tout ce qu'il pouvait rencontrer dans leur boulot, et s'était sans aucun doute un truc que Nate pouvait comprendre puisque dans son job il y avait aussi cette même pression, et cette même vision de douleur ici et là...

Une fois que le couple fut mener au bonne endroit pour qu'ils puissent s'installer tranquillement, il put les abandonner quelques instants pour se changer tout d'abord, et aller chercher de quoi boire, du jus d'orange pour Karyn par exemple, et ne sachant pas ce que Nate allait vouloir, il ferait un nouvel aller retour ce n'était pas bien grave. Il avait amené le bon nombre de verre histoire de n'avoir que des boissons à aller chercher si besoin il y avait, alors qu'une brique de jus d'orange bien frais était déjà sur le plateau qu'il déposa sur la petite table face au canapé, pour y servir le verre de la jolie blonde et le lui tendre avec le sourire, alors qu'il observait les deux minimoys avec admiration en laissant un petit rire se faire attendre lorsque la demoiselle se mit à parler à son fils au sujet de cette boisson qui n'était pas vraiment pour lui... Le pompier tourna alors le visage du coté du papa pour savoir ce qu'il voulait à boire, et se mit à sourire comme un idiot en voyant la copie conforme du bébé qu'il regardait une seconde plus tôt dans d'autre bras cette fois, c'était rigolo de voir deux petit bouts totalement identique ainsi, il était bien incapable de faire la différence entre les deux bonhomme, et il se demandait bien souvent comment les parents font pour s'en sortir lorsqu'ils mettent au monde des jumeaux, même si cela devait sûrement être quelque chose de très intense, comme toute naissance en fin de compte...

Il lui fallut alors bien cinq minutes à réagir et revenir sur terre lorsque Nate lui fit savoir que du jus d'orange c'était parfait pour lui aussi, d'ailleurs un peu gêné de son beuguage, le pompier laissant entendre un petit rire avant de s'adresser au jeune homme... « Oui biensûr ! Pardon, mais je les trouves magnifiques, j'ai un peu de mal à ne pas les regarder... » Ce n'était pas de sa faute si il adorait les gamins en même temps hein, et puis c'était vrai qu'ils étaient vraiment beau, c'était donc tout à fait normal qu'on les regarde sans cesse et qu'on est très envie de les cajoler et de les prendre dans ses bras tout le temps, la preuve, même Karyn ne résistait pas à leur charme, bon ok elle était leur maman, c'était un peu plus normal mais bon, fallait bien qu'il se trouve une excuse hein... Il servit donc le verre pour le médecin, avant de lui tendre, sauf que visiblement le jeune homme avait plus de mal à géré et le verre et le bébé, ou alors s'était juste une astuce pour laisser Cesare prendre le petit, il ne le savait pas mais il s'en foutait un peu à vrai dire vu qu'au moins il avait ce qu'il voulait... « Avec plaisir ! Mais fait gaffe, je risquerais de partir en courant avec lui ! » Il rigolait évidement, mais il n'avait put s'empêcher de faire la remarque alors qu'il était déjà entrain d'attraper le petit bout en faisant bien attention à lui, il ne fallait pas qu'il le tombe, ça serait dommage quand même hein, mais surtout il ne voulait pas que le petit se mette à pleurer une fois dans ses bras, mais se ne fut pas le cas, heureusement...

Il fallait avouer que désormais son regard n'était plus que pour ce petit homme et du coup il ne se préoccupait plus vraiment de ses invités. Ce n'était pas très polie mais il ne pouvait faire autrement, c'était plus fort que lui, ne relevant alors le regard que lorsqu'il entendit Nate parler. Histoire de ne pas être encore plus impolie, il avait relever le regard pour porter son attention sur ce qu'il avait à dire, et même si ce n'était pas à lui qu'il s'adressait, Cesare ne put faire autrement que de rire un peu en le voyant demander la permission à sa femme pour aller jouer à la Wii. Il était prêt à faire une petite remarque, mais il avait réussit à se retenir, ou plutôt le mini bogosse qu'il avait dans les bras avait fait un petit bruit qui avait attiré son attention de nouveau, alors que lorsqu'il baissa le visage sur lui il se prit une petite claque non voulu du bébé... « Hey je crois que votre fils sait lire dans les pensées ! J'ai eut un mauvais reflexe à l'esprit, en te voyant faire le mec soumis j'étais près à me moquer, c'est pas contre toi hein, je suis comme ça avec tout le monde, et vote fils m'en a empêché en faisait du bruit pour que je le regarde et il m'a mit une claque ! » Voilà que les petits bébés prenaient déjà la défense de leur père alors que le pompier n'avait même pas eut le temps de dire son ânerie, si ça c'est pas un comble ! Le jeune homme avait biensûr laissé entendre un petit rire à la fin de son explication alors qu'il s'amusait avec la petit main du bonhomme... « En tous cas si tu veux jouer avec eux, n'hésites pas, ils seront ravis de te faire une place ! »

Etre pompier, c'est un peu comme être dans une grande famille, c'était vrai que les petits nouveaux avait bien du mal à se faire leur place, considéré comme des bleus, ils devaient faire leur preuve avant d'intégrer entièrement la famille, et ce jusqu'à ce qu'un autre nouveau prenne sa place... Cela pouvait paraitre comme méchant, ça l'étant surtout d'ailleurs, ils savaient très bien qu'ils pouvaient tous se comporter comme des salop dans ce genre de situation, et ils savaient aussi que beaucoup de gens connaissent ce genre de pratique, mais ils l'assumaient tous plus ou moins. Cesare ne participait que très peu à ce genre de bizutage, en même temps il était assez solitaire, et donc ne se trouvait que très rarement au milieu de tout le monde lors que ce genre de chose était lancé, mais il ne pouvait pas dire qu'il ne le faisait pas non plus c'était en quelque sorte un rite de passage, et il y avait lui même eut le droit à son arrivé, c'était donc normal que les suivant y passe aussi, et puis mine de rien, ça les rapprochait plus qu'il n'y paraissait. Enfin bref, tous pour dire que même si, en effet, les pompier pouvait se montrer très salop avec les nouveaux, il n'en était pas pour autant fermé à tout le monde et que donc Nate serait accueilli avec plaisir au milieu de ces joueur de Wii, d'autant plus qu'il n'était pas un nouveau pompier, juste un invité de passage à la caserne, il n'avait donc aucun souci à se faire, quant à son fils, et bien il était entre de bonne main, Cesare allait s'occuper de lui avec beaucoup d'attention...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Jeu 13 Mai - 20:03

    Peut être qu'une personne extérieure à la vie de la jeune femme jugerait que Karyn assurait niveau devoir maternel, mais la principale concernée était loin de partager le même avis. Parfois, la situation semblait totalement lui échapper, et vous en conviendrez bien aisément, ce n'est pas réellement un sentiment qui nous rassure et nous fait reprendre pied lorsqu'on sent que l'on coule un peu beaucoup ! Il arrivait ainsi qu'en pleine nuit, l'un des jumeaux se mette soudainement à éclater en sanglots et que Karyn ne parvienne pas à l'endormir, et ce même si elle avait pratiquement tout essayer. Elle lui avait changé sa couche, s'était assurée qu'il n'avait pas trop chaud en allant vérifier le thermostat du chauffage, avait allaité son fils, l'avait bercé, lui avait chantonné un berceuse, mais rien n'y faisait, et très très rapidement, la seule chose qu'elle avait réussi était de ne pas être en mesure d'éviter que l'autre de ses fils, qui dormait jusque là d'un profond sommeil, ne se réveille et ne se joigne à la chorale de pleurs débutée par son frère. C'était épuisant nerveusement, parce que plus ça allait, plus l'on paniquait et se mettait à pleurer nous aussi -et oui- mais c'était surtout épuisant mentalement, parce que l'on se disait soudainement que l'on était un bien mauvais parent pour ne même pas être capable de rendormir son enfant. On se demandait alors ce que ce serait lorsque notre enfant aurait dormi et que les choses qui l'empêcheraient de dormir seraient d'autant plus graves ! Heureusement pour elle, Nate la rejoignait bien vite, très très vite même, et il parvenait à les calmer, tous, Alessio, Sacha et elle. C'était donc quelque chose que les jumeaux tenaient d'elle alors, le fait de se sentir en sécurité et rassurés rien qu'en entendant la voix de Nate et en ressentant sa présence. Ils recouchaient les deux petits bouts avant de rejoindre leur lit, et alors, la jeune femme se lovait dans les bras de son homme et se laissait prendre en charge. Nate la rassurait, elle se sentait bien, et sa confiance en ses qualités de mère n'en prenait pas un trop gros coup.

    En tout cas, pour le moment, pas de doute, elle n'était pas en période de stress et n'avait pas encore décidé de se proclamer à nouveau « plus mauvaise mère du monde » alors tout allait bien. Tout en frottant son nez contre celui d'Alessio, Karyn tourna les yeux en direction de Nate, et un petit rire lui échappa lorsqu'elle vit que Sacha avait visiblement une folle envie de déshabiller son père. Woo, à ce train là, Karyn se disait qu'elle allait légèrement devoir cesser de jouer elle aussi avec les boutons des chemises de Nate lorsque leurs fils étaient près d'eux, parce que, visiblement, ils retenaient tout et s'empressaient de l'imiter dès qu'ils en avaient l'occasion ! En revanche, elle fronça les sourcils en entendant la proposition formulée par Nate à l'intention de Cesare. Bien sûr, elle n'était pas choquée, et encore moins révoltée, mais cela faisait partie d'elle, du moins elle le pensait, cette aptitude à prendre à la plaisanterie un bon nombre de choses, tout comme cette passion pour saisir toutes les perches qui pouvaient lui être tendues, y compris les plus discrètes et les involontaires. Et jusqu'alors, Nate ne s'était jamais plaint de cela, même si, quelque fois, il devait bien la rappeler quelque peu à l'ordre. Il fallait dire qu'elle n'était pas le genre de personne à dire d'emblée qu'elle n'allait pas bien lorsque, effectivement, elle n'allait pas bien. Elle préférait rire, et plaisanter, en tournant autour du pot ou en partant complètement dans le sens opposé, et Nate avait alors besoin de la rappeler un peu à l'ordre pour qu'elle reprenne son sérieux et vienne trouver du réconfort auprès de lui.

    « Echanger ? Marché ? Nate !! ... Tu peux, mais seulement parce que ce jus d'orange et excellent et que je sais où trouver Cesare si jamais il ne nous rend pas le p'tit bout, histoire que je puisse faire de sa vie un cauchemar ! »

    Elle reprit un air normal, du moins, elle se mit à sourire, et observa la scène, Nate passant délicatement leur fils dans les bras de son ami. Nate avait cette particularité qui la faisait toujours frisonner, mais bien sûr, elle se retenait de le faire bien souvent, dès qu'ils n'étaient pas que tous les deux. Son petit ami était bien bâti, très bien bâti même, et la jeune femme se disait que, s'il le voulait, il pouvait aisément faire tout ce qu'il voulait avec sa force. D'ailleurs, parfois, elle abusait un peu en lui demandant d'ouvrir telle ou telle chose alors qu'elle en était parfaitement capable. C'était juste pour voir ses muscles en action, c'était ... Miam !! Bref ! Et pourtant, tout puissant qu'il était, Nate était aussi d'une grande douceur, et, pas de doute, il était capable de ne pas vous briser en deux lorsqu'il vous enserrait dans ses bras après que vous y soyez venue vous y lover ... Elle craquait littéralement ! Elle craquait aussi littéralement pour lui à l'instant présent, tout ça parce qu'il regardait avec des yeux d'enfant les collègues de Cesare jouer aux jeux vidéos. Il remarqua bien qu'elle l'avait capter, et vint s'assoir auprès d'elle, lui faisant ses yeux de chiot, yeux auxquels elle ne pouvait pas résister. Il le savait en plus, le bougre ! Au même instant, visiblement, Cesare se prit une claque, et la jeune femme devait avouer qu'elle craquait tout autant pour Sacha sur le moment présent, et même tout le temps !

    « Qu'est ce que tu crois, je les ai bien élevés, son frère et lui ! Il n'y a que moi qui puisse taquiner Nate, moi et quelques autres, du style, sa mère. Du coup, il faut bien sanctionner ceux qui veulent transgresser la règle ! »

    Elle tourna ensuite le regard vers Nate, d'un petit air triomphant mais pas du tout présomptueux. Et elle constata qu'il n'en avait pas fini avec son regard de cocker ! Décidément, il avait de la suite dans les idées ! Elle but une gorgée de jus d'orange avant de poser son verre sur la petite table devant elle. Elle redressa ensuite quelque peu Alessio qui glissait comme du savon dans un bain, avant de se décider à répondre, enfin, à Nate. Le faire languir ? Non, juste un peu !

    « ... Puisque tu as été sage, d'accord, va jouer, mais rien qu'une partie hein, et puis, tu te laves les mains avant, et après aussi, ils peuvent laisser du camboui sur les manettes, on sait jamais ! Et avant, tu fais un bisou à tous les membres de ton p'tit clan ! Et à Cesare aussi, mais seulement si tu veux, je t'oblige à rien ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   Sam 22 Mai - 0:07

    Être à la fois jeune papa et interne en chirurgie c'était beaucoup de pression et ce n'étais pas tjours facile à gérer. Alors oui, Nate avait besoin de s'amuser un peu, de faire le gamin, mais qu'est-ce qu'il y avait de mal à ça ? C'était humain après tout de vouloir se détendre, d'avoir besoin de souffler un peu de temps en temps. Et à cet instant, en voyant ces gars jouer, absorbés à leur jeux, oubliant toute la pression de leur boulot et peut être de leur vie de famille, Nate eu envie de les rejoindre. Karyn avait apprit à s'habituer à cette face de sa personnalité, oui Nate était un homme responsable, mais il n'en était pas moins un homme qui avait lui aussi besoin de s'échapper du quotidien et de retrouver son âme d'enfant. Et puis parfois, elle avait beau faire semblant de râler et de pester, ça l'amusait beaucoup qu'il la jette à l'eau, lorsque sur la plage, allongés en maillots de bains sur leur serviette, elle lui avait fait une petite remarque pour le taquiner. Il passait souvent pour le plus mature dans leur couple, mais ce n'était pas toujours vrai et il arrivait fréquemment qu'elle le rappelle à l'ordre lorsqu'il fallait retrouver un peu de sérieux. Et pourtant, c'était souvent les hommes avec les responsabilités les plus élevées dans leur boulot qui étaient parfois de vrais gamins dans la vie : médecins, pompiers, secouristes, policiers, soldats, guides de haute montagne... tous ces gens n'étaient que des humains qui avaient besoin d'évacuer la pression de leur job.
    Il vint s'asseoir près de Karyn pour lui demander s'il pouvait les abandonner un instant pour une partie de Mario kart sur Wii... Mario Kart quoi ! Sur Wii ! Le pied ! C'est à ce moment là que Cesar intervint, précisant qu'il était sur le point de lancer une vanne à Nate et que son fils Sacha l'en avait empêché en lui envoyant une baffe dans la figure, une baffe de bébé certes, mais une baffe quand même. Nate était fier, déjà son fils défendait hargneusement son père, n'était-ce pas la plus belle preuve d'amour d'un fils pour son père. Enfin toutes ces nuits debout à les calmer, changer leurs couches ou à donner le biberon lorsque Karyn devait s'absenter n'avaient pas été vaines, il se voyait récompensé pour son dur labeur.

    « Que crois-tu Cesare, mon fils aime son père. Et il a plutôt intérêt avec les nuits qu'ils me font passer lui et son frère ! De toutes façons, il a bien fait, déjà quand ma mère et ma chérie s'allient contre moi je te dis pas la galère, alors si tu t'y mets aussi. Je crois qu'il n'y a pas pire au monde que les deux femmes que tu aimes le plus qui complotent contre toi, tu as l'une avec les éléments honteux de mon enfance, et l'autre avec ceux de ma vie quotidienne actuelle. Je te dis pas le cocktail explosif, on est loin d'avoir des problèmes d'entente entre belle-fille et belle-mère... et du coup c'est moi qui trinque ! D'homme à homme, évite de te trouver une copine qui pourrait être très complice avec ta mère...  »

    Si Sacha avait frappé Cesare (oui enfin frappé... on s'entend hein ^^) pour l'empêcher de se moquer de son père, Alessio n'osa pas faire de même avec sa propre mère lorsque celle-ci profita de l'instant pour le taquiner en lui parlant comme à un enfant. Il lui lança un regard mi-noir, mi-amusé de celui qui fait semblant de se sentir insulté.

    « Dis chérie, j'apprécierais que tu ne mette pas en doute ma virilité devant un autre homme, qui plus est devant un pompier. Et puis Cesare et moi on est des hommes, des vrais, on ne se fait pas de bise mais un check'. »

    Comme s'il était vexé, il embrassa Alessio sur le front, ignora délibérément Karyn, vint embrasser sur le front Sacha, qui se trouvait désormais dans les bras de Cesare . Il fit un clin d'oeil à son fils, le seul à visiblement vouloir le défendre et ne pas se moquer de lui dans cette pièce.
    « Bravo fiston, toi au moins tu me comprends ». Il tendit sa main, puis son poing au pompier pour un check'. Son regard se posa finalement sur Karyn et il décida que cette fois-ci il se passerait de la boude feintée qu'il aimait faire d'habitude pour l'attirer à nouveau vers lui, il passait déjà assez pour un gamin comme ça. Il se pencha au dessus du canapé et déposa un simple et doux baiser sur les lèvres de la jeune femme avant de se diriger vers les autres pompiers et la console à l'autre bout de la pièce. Il se présenta rapidement, serra les mains des hommes et fût rapidement accepté dans le petit clan. C'était quelque chose de naturel chez Nate, il avait une sorte d'aura d'homme sympathique et chaleureux en qui on sent instantanément qu'on peut avoir confiance. Du coup il s'intégrait très facilement à un groupe même s'il s'agissait d'inconnus. Et puis les gars en question avait à peu près son âge, donc ça aide, ils ne devaient pas avoir beaucoup de visite dans la caserne et voir un peu de nouvelles têtes devait leur faire du bien. Nate se saisit des manettes qu'on lui tendit et attendit que la course en cours soit terminée pour commencer à jouer. Bon, face à des experts en oui qui passait des heures devant la console en attendant de décaler pour une intervention il n'avait aucune chance, mais ça ne l'empêchait pas de s'amuser. A faisait très longtemps qu'il n'avait pas touché à une console et à un jeu vidéo mais fort heureusement, la Wii est quelque chose de totalement différent et il ne m'y pas longtemps à s'y adapter. Pour un novice, il se débrouillait plutôt bien et donnait du fil à retordre à ses adversaires. Il s'amusait vraiment, comme quoi il en faut pas grand chose à un homme pour passer un bon moment, ce qu'il aimait dans ces jeux, bien qu'il n'en soit pas un grand consommateur, c'était la possibilité de s'échapper du monde un instant, de penser à autre chose et de juste s'amuser sans penser au reste. Le pire des soucis était alors de se demander avec quel objet ralentir celui qui est devant : la carapace ? Ou le coup d'accélérateur ? Ou peut être laisser traîner une peau de banane pour le prochain tour. Il fit une jolie course mais termina troisième, et pour lui ne pas finir dernier avec de tels pro de la manette revenait à un exploit. On le félicita d'ailleurs pour cette place et parce que pour une première course, il s'était pas mal débrouillé, bon, il avait eu de la chance aussi mais chuuuuuut. Principe de base : ne jamais blesser l'orgueil d'un homme quand il joue à un jeu vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un couple, deux bébés, une jolie petite famille à présenter au pompier !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» myrtille , jolie petite caniche noire 2 ans ( thiernay 58)
» -> A nous Deux ma Mignonne ? pv jolie Alice <-
» Le grand méchant loup & la jolie petite biche ~ PV Magichou ♥
» tres jolie petite x shih tsu (2 a) donnée (54) ADOPTEE
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CITTA ETERNA ::  :: 
❝CITTA© || Version 1
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit