AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous recherchons en priorité des hommes
Le forum est optimisé pour mozilla firefox et google chrome
MISE EN PLACE DU NOUVEAU DESIGN, MERCI DE VOTRE PATIENCE. design signé wokoi

Partagez | 
 

 Besoin d'air... Juste d'air ? [Cesare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Besoin d'air... Juste d'air ? [Cesare]   Mer 8 Sep - 23:15

Parfois les choses ou les évènements font que l'on redoute ce qui nous entoure. Un accident peut entrainer une certaine peur, un incident créer un choc et un traumatisme, et même une parano. Tout ça faisait désormais parti du quotidien de la jolie Savannah. Se laissait-elle pour autant aller ? Non. Elle luttait, encore et toujours, et cela pour voir la fin de cet interminable tunnel. Pas de lumière blanche à son bout pour elle, mais de douloureux souvenirs. Ca faisait un mal de chien, revenant par vague dans son esprit, décrochant par-ci, par-là des détails qui auparavant lui avaient échappé. Cette bombe avait fait voler en éclat l'équilibre naturel de la jeune femme. Elle avait énormément perdu de confiance en sa propre personne... Et pour ce qui était de celle qu'elle plaçait en son environnement, elle était quasi-inexistante. Savannah craignait de mettre le nez dehors. Samuel tentait en vain de la faire sortir de l'appartement mais rien y faisait. Il en venait même à récupérer leur petit garçon chaque matin chez elle pour le conduire à l'école. Savannah n'ayant pas le permis se contentait d'aller faire ses courses à l'épicerie du coin, banissant à jamais les transports en commun. Du moins jusqu'à nouvel ordre...

Se retrouver dans un de ces wagons, blindés de monde comme d'habitude, être serrée et coincée entre d'autres passagers, sentir des secousses et finalement voir les vitres exploser, les portes sortir de leurs gonds, dans un souffle terriblement chaud, emportant tout sur son passage ; c'était horrible. Ouvrir les yeux, être à moitié sonnée, regarder autour de soi et voir, juste devant, un homme avec une barre en métal lui transperçant le ventre, c'était insoutenable. Savannah se réveilla en sursaut à ce même moment. Son coeur battait à tout rompre alors que son regard se posait sur le visage d'ange de son fils.
« Maman ! Maman ! Réveille-toi ! Cesare est venu nous voir !
- Je t'ai dit de ne plus ouvrir la porte tout seul...
- Mais il a donné le mot de passe !
-répliqua-t-il innocemment. C'est Cesare... »
Savannah soupira. Mot de passe ou non, qu'est-ce que ça changeait ? Elle finit par se redresser quand elle vit le jeune homme, accoudé contre l'encadrement de la porte. Elle esquissa un léger sourire, confuse.
« Je suis désolée... » Il hocha la tête et elle se leva enfin du canapé, grimaçante. Ses nuits étaient tellement agitées qu'elle récupérait une petit heure de temps en temps quand son esprit n'était pas trop torturé. Elle bénissait le ciel d'avoir épargné à Mattéo un tel traumatisme, le petit ne s'en serait probablement jamais remis.
Posant son regard sur Cesare elle comprit instantanément ce qu'il voulait. Et elle n'était pas motivée. Oh non !
« Je sais pourquoi tu es là Cesare... -Il pencha la tête sur le côté, affichant une petite moue.
- Deux petites heures au parc... Pour Mattéo... Ce gosse voit défiler plus de jeux vidéo qu'un mini geek ! »
Là, c'était sûrement l'argument de choc ! Savannah grogna légèrement et se dirigea jusqu'à sa chambre pour ôter son short et on débardeur afin de passer une tenue plus correcte. Se trimballer comme ça devant lui ne la gênait pas vraiment, surtout après ce qu'il s'était passé entre eux.
Il gagnaient, comme toujours ! Après avoir enfilé un legging noir coupé court, ne dissimulant pas le bandage à sa cheville droite, et une tunique en jeans par dessus, la jeune femme fila dans la cuisine, récupéra un paquet de gâteaux et s'empara des clés qui trainait sur le comptoir. A l'aide d'un élastique entourant son poignet, elle s'attacha les cheveux en un chignon lâche et négligé, après avoir calé les biscuits dans les bras de Cesare.
« On y va, mais pas longtemps, ok ?
- Super ! »
-s'écria Mattéo.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Besoin d'air... Juste d'air ? [Cesare]   Lun 13 Sep - 1:27

Cela faisait quelque temps qu'il hésitait à rendre visite à la jolie blonde, pourtant, depuis qu'il avait dut la sortir de ce maudit metro, depuis qu'il l'avait vu allongé sur ce lit d'hôpital, il était bien de ceux des plus heureux de la voir éveillé et en bonne santé, mais certainement que de savoir que Samuel, le papa de Mattéo s'il avait bien tout comprit, avait fait son retour dans leur vie ne l'aidait pas à se montrer… Il ne voulait pas tomber sur un moment entre eux, surement parce que Savannah avait prit une importance que jamais il n'aurait cru donner à une fille avant elle, et que du coup, la voir vivre sa petite vie de famille était plutôt une chose assez douloureuse pour lui, même si tout ce qu'il souhaitait était son bonheur… Voilà pourquoi, en pensant à cela, il s'était dit que de toute façon, si vraiment il arrivait face à une tel situation, il n'allait pas se priver de voir son fils pour autant, c'est qu'il s'y était attaché à ce petit gamin aussi, et puis surtout, il ressentait ce besoin de la voir… Il prenait des nouvelles, il téléphonait assez souvent pour s'assurer que tout allait bien, et sans trop savoir pourquoi il avait appelé une nouvelle fois avant de prendre la décision de vraiment passer chez elle, c'était le petit bout qui avait répondu, il était entrain de jouer à des jeux vidéos, encore, pendant que sa maman dormait… Se fut alors l'élément déclencheur, à chaque fois que le pompier prenait des nouvelles, le petit était sur la console, il était même presque sûr qu'il avait déjà dut finir 3 fois chaque jeu tellement il passait sa vie dessus, et ce n'était pas une vie convenable pour un enfant de cet âge là. Il fallait remédier à ca, et il savait très bien pourquoi Savannah ne mettait plus les pieds dehors autre que pour faire des courses ou les trucs important quoi, alors il allait jouer son meilleur rôle… Le chieur, mais surtout le pompier qui tient à remettre son amie sur pied et lui redonner gout à la vie…

Le voilà donc en jean un peu large et chemise blanche mise en vrac, avec une cravate non accroché autour du coup, juste pour le style, à frapper doucement à la porte de mademoiselle Leoni… Il savait très bien qu'il allait être confronté au fameux mot de passe de Mattéo mais en même temps cette épreuves n'en était plus vraiment une depuis longtemps, du coup se fut avec facilité qu'il vit la porte s'ouvrir devant lui. Il n'osa pas pour autant entrer réellement, histoire d'être sûr qu'elle comprenne encore plus vite ce qu'il attendait d'elle… Il avait un sourire amusé de la voir être réveillé par le petit alors que, comme il l'avait prévu, elle comprit de suite pourquoi il était là comme elle venait de le dire, et il savait aussi très bien quoi répondre pour la faire réagir… Il ne se connaissait pas forcement depuis longtemps, mais une chose était sûr, il se connaissait depuis assez longtemps pour qu'il la connaisse par cœur, ou presque, et il savait donc qu'il allait réussir à la faire venir, tout comme il était certain qu'elle savait que même si elle refusait de venir, il aurait embarqué Mattéo avec lui.. Elle n'avait rien répondu, du moins rien d'autre qu'un petit grognement, alors que le minimoys semblait déçu pensant qu'il n'allait pas aller se promener ce qui fit sourire le pompier…
« T'inquiètes, je suis sûr que ça a marché ! --//-- Mouais… --//-- On y va, mais pas longtemps, ok ? --//-- Super ! » La réaction de l'enfant le fit rire légèrement alors qu'il était entrain de prendre un peu mieux le paquet de gâteau qu'elle venait de lui refiler dans les bras pour enfin se décaler de l'entrée pour que tout le monde puisse sortir, profitant alors du passage de la blonde devant lui pour lui glisser un simple « Merci… » à l'oreille limite dans un souffle, ne pouvant s'empêcher de chercher à la charmer au passage… Sans lui laisser le temps de quoi que ce soit, il descendit les escalier tout en attrapant le petit bout par les hanches histoires de le monter directement sur ses épaules après lui avoir donné les gâteaux pour être sûr ne pas les écraser dans la manœuvre… Forcement le gamin se mit à rire alors qu'il se sentait super géant… « Je voooole ! » Sa maman devait être heureuse de le voir ainsi non ? En tous cas le romain pure souche lui était des plus heureux…

Se ne fut qu'une fois arrivée au parc qu'il se retourna réellement sur Sav', biensûr il avait gardé un œil sur elle, pour s'assurer qu'elle suivait bien, qu'elle n'avait pas fuit en faisant demi tour, mais il avait fait exprès de la laisser un peu "seule" pour la forcer à prendre sur elle pour marcher dans cette ville, et l'obliger à prendre sur elle pour combattre ses démons intérieur… Que personne ne s'inquiète, il savait ce qu'il faisait, et surtout jamais il n'aurait agit ainsi s'il n'avait pas su qu'elle avait la force pour le faire. Elle allait sans aucun doute comprendre son petit manège caché par ce jeu avec son fils en voyant ce petit sourire en coin qu'il affichait alors qu'il avait stoppé sa marche en attendant qu'elle arrive à leur hauteur…
« Tu vois que tu peux le faire… Ca va ta cheville ? » Ben ouais, il avait beau la malmener un peu, il ne s'inquiétait pas moins pour elle, et puis de toute façon, se doutait qu'elle avait besoin d'un peu de repos après cette petite marche, il fit descendre le petit mec de sur lui pour qu'il aille jouer dans les jeux avec les autres enfants et ainsi leur donner l'occasion de s'assoir sur un banc très bien placé pour voir le gosse, alors que… « Je rêve ! Il s'est envoyé la moitié du paquet de gâteau ! » et le pire c'est que ça le faisait rire le beau gosse hein, mais pas sûr que la maman apprécie si ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Besoin d'air... Juste d'air ? [Cesare]   Dim 26 Sep - 16:56

Cesare la remerciait, et dans le fond elle ne voyait pas vraiment pourquoi il le faisait. Certes elle prenait sur elle pour mettre le nez dehors, mais cela méritait-il des remerciements de ce genre ? Elle en doutait. C'était de son devoir de maman de s'occuper de Mattéo et lui faire prendre l'air était quelque chose de normal. On ne pouvait pas élever un enfant en le gardant enfermer dans un appartement. On ne le pouvait pas, et cela pour veiller à son bien être. Sans quoi, elle risquait au final de lui refiler ses peurs et ses angoisses, jusqu'à en faire un associable. Elle ne voulait pas de ça pour son fils, et Cesare le lui mettait sous les yeux. Les simples réactions du bambin la faisait sourire. Il tournait en rond à la maison, comme un petit lionceau en cage. La visite du jeune pompier était pour lui une véritable bouffée d'oxygène, et Savannah en avait bien conscience. Elle allait même jusqu'à culpabiliser d'avoir si peur du monde extérieur. Quand il ne sortait pas avec Samuel, le petit bout s'ennuyait et elle avait l'impression d'en être la seule responsable, sans avoir la moindre excuse l'expliquant. Alors en franchissant le seuil de la porte et en entendant le rire de Mattéo résonner dans le couloir, elle en fut comme soulager. Le noeud qu'elle avait au niveau de l'estomac se défaisait lentement.

Cesare prit le soin de s'éloigner, et la jeune femme cerna sans mal son petit manège. S'il le faisait c'était pour lui prouver que même seule, elle pouvait descendre ces maudits escaliers et profiter du soleil sans céder à la panique. Le monde entier ne lui voulait pas de mal, il fallait qu'elle se rentre ça dans sa petite tête blonde ! Les mains enfouies dans les poches de sa tunique, elle n'était pas rassurée. Pourtant, pour faire plaisir à son fils, elle mettait un pied devant l'autre et avançait jusqu'au parc. Lançant quelques regards autour d'elle, elle se répétait silencieusement que tout allait bien se passer, et qu'elle ne finirait pas avec un éclat de verre dans la jambe, que sa cheville totalement valide n'aurait rien, et que le sommet de son crâne n'aurait droit à aucun point de suture. Cesare lui souriait, ce qui l'apaisait un peu, alors qu'il soulignait avec un semblant de fierté qu'elle était capable de sortir. Oui, il avait raison... Mais ayant sans doute été plongée dans un bain de fierté, si commune aux italiens, lorsqu'elle était petite, la belle se contenta de lever les yeux au ciel, tout en laissant se dessiner aux coins de ses lèvres un léger sourire.
« Ca va... Elle tient le coup ! » -répondit-elle en jetant un regard à la dite cheville.

Ils étaient arrivés au parc, et une fois sur pieds, Mattéo ne perdit pas de temps pour filer à toute allure jusqu'aux jeux et balançoires. Pendant ce temps, Savannah et Cesare prirent place sur un banc. Bien situé, ils pouvaient ainsi surveiller le petit mec.
«  Je rêve ! Il s'est envoyé la moitié du paquet de gâteau ! -Savannah éclata littéralement de rire., se tournant vers lui. Il était sérieux ? La moitié du paquet avait fini dans l'estomac de son fils ?
- Super... Je peux être sûre qu'il ne mangera rien à table ce soir... » Dans le fond, ça n'était pas trop grave. Elle avait prit ces gâteaux pour lui, et puis Cesare pouvait toujours manger ce qui restait ! Elle garda son sourire et observa pendant quelques instants Mattéo. Son petit rayon de soleil semblait s'amuser comme jamais, heureux d'être dehors, de voir des gens. Car le petit n'était pas du genre casanier. Au contraire, il appréciait le monde extérieur et le découvrait avec envie et joie. Ces derniers jours avaient été délicats pour lui. Il avait comprit que sa mère était tétanisée à l'idée de vivre une autre catastrophe, et pourtant il avait de plus en plus de mal à le supporter. Elle faisait de nombreux allers et retours à l'hôpital, ce qui n'arrangeait rien concernant son envie de tourner la page, rapidement.

Machinalement, elle passa sa main sur son ventre, et finit par croiser les bras sous sa poitrine. Un court silence s'installa entre eux, presque gênant, jusqu'à ce qu'elle se décide à le rompre.
« ...Merci. Merci pour tout Cesare. Sans toi je... » Elle stoppa sa phrase nette. La suite, elle ne pouvait même pas la formuler à voix haute. Elle serait morte dans ce métro ? Peut-être... Elle aurait abandonné son fils ? Sans doutes... Tout ce qu'il lui était impossible d'imaginer.
« Tu m'as sauvé la vie, je ne pourrais jamais assez te remercier pour ça. » Ca méritait bien plus qu'un demi paquet de gâteaux, qu'un milliard de sourires... Tout la reconnaissance du monde ne suffisait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Besoin d'air... Juste d'air ? [Cesare]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Besoin d'air... Juste d'air ? [Cesare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Parfois, tout ce dont tu as besoin c’est un câlin et tout ton stress partira
» [Zachary] J'avais juste besoin de m'éloigner, me défouler... ~Partie 1
» Je n'ai pas besoin d'aide... Ok, peut-être juste un peu... [pv Saros]
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CITTA ETERNA ::  :: 
❝CITTA© || Version 1
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit