AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous recherchons en priorité des hommes
Le forum est optimisé pour mozilla firefox et google chrome
MISE EN PLACE DU NOUVEAU DESIGN, MERCI DE VOTRE PATIENCE. design signé wokoi

Partagez | 
 

 CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

AGE : dix-neuf ans
MESSAGES : 15
ARRIVÉE LE : 29/08/2011
EMPLOI : étudiante en journalisme
ADRESSE : je vis chez mon petit-ami
QUOTE : Jamais nous ne sommes plus vulénrables à la souffrance que lorsque nous aimons, jamais nous ne sommes plus impuissants dans le malheur que lorsque nous avons perdu l'objet aimé ou l'amour de celui-ci.
AVATAR : Leighton Meester
POINTS : 16

MessageSujet: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   Lun 29 Aoû - 18:27





olive calypso montgomery


ft. leighton meester

♛ PRÉSENTE-TOI MON GARS

Mon nom c'est olive calypso montgomery. C'est l'intitulé qu'on m'a collé à ma naissance à Three Forks. J'ai dix-neuf ans et je suis en couple, du moins si on peut dire. Qui je suis ? Je suis étudiante en journalisme, ce qui fait que mon banquier m'aime bien, mais ça va, je le vis bien.

T'es à Rome depuis longtemps ?
Quelques semaines. Au départ, c'était pour voyager, histoire de passer des vacances loin de Three Forks. Et puis Ezra a dit qu'elle allait là. J'y suis allé. Et maintenant j'y reste pour une tout autre raison.
Et niveau sexe opposé, comment ça se passe ?
J'en ai eu des prétendants. Tous plus abrutis à la testostérone les uns que les autres. J'en ai rencontré des pas mal, mais là encore ce n'était que pour passer le temps, avant d'en trouver un mieux. Ouais, on peut dire que je jette les mecs dès que j'en ai plus besoin. C'est mal ?
Et la famille, sisi, bien ou quoi ?
Avec ma mère, ça se passe super bien depuis ma naissance. Mon père, n'en parlons pas, il n'a pas eu la chance de bien me connaitre avant de partir sauter une autre femme et de déguerpir de la maison aussi vite qu'un lièvre. Mon beau-père ? Si prévisible et manipulable, ça en est même drôle parfois. Pour ce qui est de ma demi-sœur... je ne préfère pas m'étendre sur cette petite chaste et prude comme une femme de l'ancien temps.
Et ton rapport avec le fric ?
Bien sûr que j'en ai, qu'est-ce que tu crois ? Ma mère me donne généreusement assez d'argent de poche pour que je puisse faire des folies dès que j'en ai envie.



♛ ET MON QUARTIER

i'm a stranger in paradise, don't let, don't let me down.

♛ YOU LIKE. I DON'T
plat préféré : tout ce qui est français
couleur préférée : le rouge.
livre préféré : Orgueil et Préjugés, Jane Austen.
musique préférée : Bad Romance, Lady Gaga.
boisson préférée : cocktail au fruit de la passion.
parfum de glace préféré : vanille.
odeur préférée : parfum d'homme.
endroit préféré : là où il y a de la musique.
saison préférée : l'été.
pays préféré : la France.
other : ...



♛ SINON, IRL (ou presque)

Salut les gueux ! mon prénom à moi c'est aline, et candies-world pour les intimes dont tu ne fais pas encore partie. J'ai atteins l'âge canonique de dix-huit ans sans me faire renverser par un bus, ni mordre par une grand-mère. Je suis ici parce que e. raiponce camponi, et si je compte vous pourrir l'existence à peu près tous les jours c'est parce qu'emmerder le monde, c'est une raison d'être. J'ai trouvé le super code qui est « Dignus est intrare » parce que je suis trop fort. Et maintenant, on dit quoi ?

CITTA ETERNA ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AGE : dix-neuf ans
MESSAGES : 15
ARRIVÉE LE : 29/08/2011
EMPLOI : étudiante en journalisme
ADRESSE : je vis chez mon petit-ami
QUOTE : Jamais nous ne sommes plus vulénrables à la souffrance que lorsque nous aimons, jamais nous ne sommes plus impuissants dans le malheur que lorsque nous avons perdu l'objet aimé ou l'amour de celui-ci.
AVATAR : Leighton Meester
POINTS : 16

MessageSujet: Re: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   Lun 29 Aoû - 18:28


♛ C'EST MON HISTOIRE

Chapitre 1

« Bon Ezeckyel, tu prends soin d’elle pendant cette semaine, hein ? » « Mais oui Phylis, même après le divorce tu ne me fais toujours pas confiance ? » « Je n’aurai jamais confiance en toi. » La petite fille regarda son père froncer les sourcils. Tout en serrant son doudou contre elle, elle observait la scène tendue de la remise de bagages. Depuis que son père et sa mère n’étaient plus ensemble, Calypso passait une semaine chez l’un, et la semaine d’après chez l’autre. Elle aimait assez cette situation au début, parce qu’elle avait ainsi deux fois plus d’amies. Une partie à Three Forks, et l’autre à Great Falls, à plusieurs kilomètres de là, où son père avait décidé d’aller s’installer avec sa nouvelle compagne. C’était d’ailleurs l’une des raisons du divorce du couple. Sachez que si votre mari rentre à trois heures du matin, en sentant le parfum pour femme et prétextant une soirée entre collègues de boulot, il vaut mieux se méfier. Et même sans ça, Phylis Montgomery aurait de toute manière proclamé le divorce. Elle avait fait l’erreur de se marier jeune, et alors qu’elle n’avait qu’à peine vingt et un ans elle s’appelait déjà Madame Fitzgerald. Au début, tout se passait à merveille, elle ne se doutait pas des quelques infidélités notables de son cher et tendre, mais lorsque nous sommes jeunes et amoureuses on veut croire aux contes de fées. Et à vingt-huit ans, après des essais couronnés d’échec, une belle petite fille vint unifier le couple. Du moins, pour le temps que ça dura. Ezeckyel s’en fichait royalement de sa gamine. Il la laissait dans les bras de sa mère la plupart du temps, et glissait parfois quelques baisers sur son front lorsqu’elle était dans son berceau, mais il voyait plus ce bébé plutôt comme une complication que comme un véritable bonheur. En constatant ça, Phylis a développé naturellement une sorte de vénération pour sa petite fille que son père n’aimait pas, et la traitait ainsi avec tout l’amour qu’elle lui portait. Un amour fait de superficialité et de cadeaux à toutes les occasions possibles. La chambre de Calypso s’était vite transformée en une caverne d’Ali Baba pour les enfants, remplie de peluches, de maisons de poupées et de poneys qu’on n’arrivait pas à en voir le bout. Depuis qu’elle avait atteint l’âge d’inviter des amies à des petits goûters d’anniversaires, la fillette avait toujours été connue pour la fille à la belle chambre. Toutes ses copines voulaient y passer la journée, et Calypso avait très vite comprit qu’elle avait un certain pouvoir sur les autres. Et oui, même à quatre ans, elle savait y faire avec les autres pour imposer sa « domination ». C’est à cette époque que son père rencontra la nouvelle femme de sa vie, et qu’il décida de refaire sa vie loin d’elles. C’était bien sûr sans compter sur la décision du juge, qui proclama la garde alternée. Un énième sacrifice qu’il devait fournir, mais il était sûr qu’au bout d’un certain temps, la fillette ne pourrait plus le voir en peinture et voudra retourner dans son château. Pourrie. Sa fille était pourrie gâtée par sa mère. Quoi qu’il n’était pas en position de juger les agissements de son ex femme. Après tout, peut-être que tout ceci n’aurait pas existé s’il avait accordé un peu plus d’attention à sa famille.

Phylis lui jeta un regard dédaigneux, lui indiquant clairement les valises de la petite posés à côté de sa voiture. En soupirant et se retenant de lui cracher ses quatre vérités, Ezeckyel se détourna et s’occupa de mettre les bagages dans le coffre. Pendant ce temps, la jeune mère s’accroupit en face de sa petite fille chérie, sa petite princesse, pour lui tenir affectueusement le menton. « Ne t’en fais pas ma chérie, maman va appeler chez papa pour avoir de tes nouvelles. Comme toujours. » « Tu vas encore me manquer maman. » Au début certes, elle aimait ça, mais maintenant. Son père ne lui prêtait pas plus d’attention qu’avant, et c’était surtout l’adolescente, la fille de sa nouvelle conquête qui s’occupait de la petite. Elle adorait ça, parce qu’elle avait l’impression « d’avoir une poupée dans les mains. » Cependant Calypso ne supportait pas ça. Elle esquivait à chaque fois les ateliers que la pré pubère organisait avec elle, et la menait le plus souvent par le bout du nez pour avoir la paix. Ça par contre, c’était son jeu favori, parce que la jeune idiote d’adolescente se pliait à chacun de ses moindres caprices parce qu’elle « est tellement mignonne cette petite Olive. » Phylis avait déjà eu l’occasion de voir la scène, et elle rigolait tellement que le verre d’eau qu’elle était en train de boire risquait de se renverser à tous moments. Et son abrutit d’ex qui croyait qu’elle riait si fort à cause d’une blague de sa compagne, mais qu’il était bête. « Aw, toi aussi tu vas me manquer ma puce. Mais ne t’en fais pas, quand tu rentreras, tu auras une nouvelle poupée. Tu sais, celle qui passe à la télévision en ce moment. » « C’est vrai ? » Le petit visage de Calypso s’illumina à cette simple réplique. Ainsi, si elle tenait le coup chez son crétin de père, elle aura le droit à une nouvelle poupée ? C’était une proposition qu’elle ne pouvait refuser, son dernier Ken manquait cruellement d’une petite amie. « T’es-je déjà menti Olive ? » Ezeckyel exprima alors son impatience par une série de toux, qui voulaient clairement dire que ces adieux n’étaient pas nécessaires et qu’il avait autre chose à faire que de les regarder se séparer comme si elles ne se reverraient jamais. Phylis lui envoya un regard noir, et durant quelques secondes se désintéressa de sa fille, qui n’apprécia pas. Néanmoins, sa mère revint très vite auprès d’elle, et elle la serra dans ses bras en lui donnant des dizaines de baisers sur le visage. Empoignant fermement son doudou, la petite fille monta à l’arrière de la voiture, et se laissa attachée par son père. En lisant dans son regard, on pouvait parfaitement voir qu’il aurait préféré faire une partie de Scrabble avec sa fiancée – si vous voyez ce que je veux dire – plutôt que d’avoir encore cette gamine sur les bras. Quelques secondes plus tard, la petite faisait des grands signes à sa mère pendant que son père démarra la voiture. Et c’était partit pour une nouvelle semaine de supplices, ponctuée par les couinements de l’adolescente et de ses amies, par l’ignorance totale de son père et par la mauvaise cuisine de sa dulcinée.

Chapitre 2

« Fais attention ma chérie, de ne pas faire de l’ombre à la mariée ! » Calypso ne retint pas son sourire d’étirer ses lèvres, finement dessinées par les mains expertes d’une maquilleuse que la famille avait louée pour l’occasion. Elle jeta un dernier coup d’œil au miroir, rajustant quelques petites mèches qui tentaient de partir où bon leur semblaient. Elle fit courir ses doigts parfaitement vernis sur sa robe en soie, touchant parfois de la dentelle de France. Autant vous dire qu’une femme d’ouvrière, sauf si elle avait héritée d’une fortune exubérante, ne pouvait se l’acheter, et c’est ce qui faisait la fierté de la jeune fille. Cette robe épousait ses formes pour la tirer tout droit du rêve d’un homme célibataire. Et même du haut de ses seize ans, elle savait parfaitement ce qui plaisait aux hommes. Les jolies filles, et surtout les jolies filles qui savaient y faire avec les hommes. Ce qui n’était pas bien difficile à trouver pour les garçons de son âge qui avaient les hormones en ébullition. Calypso croisa le regard de Phylis dans son miroir, et se décida à se tourner vers sa mère. Au départ, elle trouvait que sa robe de mariée faisait très meringue, avec tous ces tutus débordants de partout. Mais après quelques changements de la styliste – elle aussi payé pour rendre ce mariage parfait – Calypso devait admettre que cette robe allait plutôt bien à sa mère. Toutes deux se jugèrent du regard, détaillant l’autre de haut en bas pour détecter la moindre erreur qui pourrait gâcher leur somptueuse robe. Mais cette petite inspection ne révéla rien de grave, au plus grand contentement de ce duo infernal. « Tu devrais savoir qu’avec mon jeune âge, je réussirai toujours à te voler la vedette. Et ce n’est pas ce vulgaire bout de chiffon qui va peser bien lourd dans la balance. » Phylis lui sourit de toute ses dents immaculées, avant de s’approcher et de se tenir près de sa fille face à ce miroir, et la fit donc se retourner en la tenant et la collant par la taille. Elles contemplèrent ainsi leur reflet, avec toutes deux un léger sourire en coin. « Tu feras saliver les jeunes de ton âge, mais je deviendrai leur fantasme inavoué. » Après quelques instants de vacheries, les deux femmes gardèrent le silence, jusqu’à ce qu’Olive reprenne la parole. « Tu veux vraiment qu’on soit parentés avec… eux ? » Elle ne put retenir une grimace de dégout. Depuis que sa mère lui avait dit qu’elle côtoyait Camponi, Calypso avait vu d’un très mauvais œil ce choix de vie que Phylis s’apprêtait à choisir. Elle avait redouté le jour où les deux adultes, sur un petit nuage, voulaient que leur fille se rencontrent et deviennent les meilleures amies du monde. Phylis savait pourtant que ça n’allait jamais accrocher entre les deux adolescentes, mais ça n’a rien changé. Et puis un beau matin, au levé du lit, les deux ennemies ont appris en même temps que leurs parents allaient se marier. Une des pires nouvelle que Calypso ait dut supporter dans sa vie. Sérieusement, ça aurait pu être n’importe qui d’autre, elle n’aurait eu aucun mal à appeler ce nouvel amant de sa mère « beau papa ». Tout le monde aurait pu avoir cet honneur, sauf Camponi. Après tout, tous les habitants de Three Forks savaient que l’ex femme de ce dernier était cinglée, et qu’elle avait été internée pour la protection de sa fille Raiponce – ou comme elle aime l’appeler Ezra, ou « l’autre ». Avoir à subir une telle réputation était au-delà des pires cauchemars de la jeune fille. On la voyait comme « la demi-sœur de la fille de la cinglée » au lycée pendant des mois avant que Calypso reprenne les commandes, comme elle savait si bien le faire, et à commencer à menacer tout le monde que s’ils n’arrêtaient pas, ils allaient le regretter. Car oui, soit on est amis avec elle, et donc tout va bien, mais si on est son ennemi, la vie scolaire risque d’être bien dur. C’était donc sur Ezra que tout retombait maintenant, pour le plus grand plaisir de sa demi-sœur. Pour marquer sa différentiation avec cette famille de fous, elle avait décidé de garder le nom de jeune fille de sa mère – c’est-à-dire Montgomery. Et même après ce mariage, elle s’appellera toujours Olive Calypso Montgomery. Il ne manquait plus qu’elle ne s’appelle Olive Calypso Camponi tiens. « Ma chérie. Je sais que ça va être dur pour toi d’accueillir deux personnes dans notre famille, mais tu vas vite t’y faire. Tu continueras à faire ta petite vie quoi qu’il arrive. Ne t’en fais pas. » Son bras resserra son étreinte sur la hanche de sa fille, et celle-ci n’était pas d’humeur à répliquer d’une expression coupante comme des lames de rasoirs, comme elle en avait le secret. De toute façon, quoi qu’il arrive, ce mariage aura lieu. Quoi qu’elle fasse, ou quoi qu’elle dise. Parce que même si elle n’en n’avait jamais parlé avec elle, elle se doutait que sa mère avait une petite affection pour cet homme. Il faudra qu’elle serre les dents un petit bout de temps, quelques années seulement avant de pouvoir vivre de ses propres moyens. Et se défouler sur sa demi-sœur. Soudain, la porte s’ouvrit, et la mère et la fille se tournèrent pour voir l’organisatrice du mariage, notes en main, entrer dans la pièce tout en annonçant dans son kit main libre « C’est bon je les ai, je te les envois. » Elle s’arrêta à peine pour les complimenter sur leur tenue, ce qui ne plaisait guère à Calypso. Mais bon, passons. L’organisatrice attrapa le poignet de la jeune fille, en lui baratinant qu’elle devait se tenir prête, en tant que demoiselle d’honneur, à ouvrir la marche avec Ezra. « Ah oui, ça. » Elle qui avait réussi à oublier ce moment, le voilà qui revenait lui claquer en pleine figure. Elle lâcha un soupir d’exaspération, mais en se forçant de suivre cette pimbêche qui se croit tout permis parce qu’elle est l’organisatrice. Ce serait vraiment dommage si sa belle robe blanche venait à se tâcher, accidentellement. Mais elle n’eut pas plus de temps de réfléchir à cette petite vengeance qu’elles arrivaient déjà à l’entrée de la bâtisse, et au loin se dressait l’autel où les deux époux viendront se dire oui. Face à une assemblée conséquente de la notoriété de la famille Montgomery. Calypso prit son bouquet de fleurs dans ses doigts, lorsqu’elle ressentit la présence de sa demi-sœur à ses côtés. Lorsqu’elle releva le regard, elle ne se gêna pas pour la détailler, descendant le long de ses cheveux attachés dans un chignon soigné jusqu’à ses chaussures à talons où, semblait-il, elle n’était pas spécialement à l’aise. Ça serait tellement comique si elle venait à trébucher lors de leur marche. Cette image vint renaitre un sourire amusé sur le visage d’Olive, qu’elle destinait sans cesse à sa demi-sœur. « Alors Ezra, ça fait quoi d’être élégante pour une fois dans ta vie ? » Habillées de la même manière, en tant que demoiselles d’honneur, Calypso voyait néanmoins que la robe lui allait beaucoup mieux qu’à Ezra. C’était sans doute son côté égocentrique et sûre d’elle qui la poussaient à penser ceci. C’est pourquoi, après lui avoir lancé un regard de dégout et en la détaillant ouvertement, elle ajouta « Du moins, tu aurais pu l'être si cette robe t'allait un peu mieux. » C’est alors que les premières notes de leur mélodie sonnèrent à l’extérieur, et elles se tinrent droites et prêtes à avancer le long de l’allée. « Ça va être long jusqu’à l’Université… »

Chapitre 3

L’air chaud de l’Italie fut la première chose qu’elle percevait à travers son hublot, lorsqu’elle ouvrit pour la première fois les yeux depuis six heures. Elle qui n’aimait d’ordinaire pas dormir dans quelque transport que ce soit, elle s’était assoupit dès que le film que les hôtesses de l’air avaient choisies. Film plus qu’ennuyeux, qui parlait de l’amourette d’une jeune adolescente pour le frère de sa meilleure amie, mais celui-ci était tombé dans la drogue, ou elle ne savait quelle histoire tordue. Ça ne devait pas être un film à gros budget de toute manière, lorsqu’on voyait la qualité des dialogues, des acteurs qui sur-jouaient et des cascades aussi spectaculaires qu’un numéro de marionnettistes. Son voisin de droite avait eu l’air de l’apprécier, car lorsqu’elle se redressa sur son siège, il lui posa immédiatement des questions sur ce qu’il venait de voir. D’un simple regard, elle avait cependant refroidi les ardeurs de cet homme, et il se remit correctement à sa place, tout en attachant sa ceinture. « Bien, j’aurai la paix jusqu’à la fin. » Elle appela une hôtesse pour pouvoir avoir un verre d’eau, et se plaignit de la chaleur dans l’avion. « Je vais demander au pilote d’actionner la climatisation », lui répondit alors docilement la jeune hôtesse, qui semblait faire son premier vol dans cette compagnie. Si elle en avait eu la force, et surtout l’envie, Calypso aurait pu lui faire vivre un enfer, mais ce navet l’avait empêché de garder ses yeux ouverts. Et ce n’était pas à la fin du voyage qu’elle pourrait déployer le nombre incalculables de possibilités pour l’embêter, voire lui apporter des ennuis auprès de ses supérieurs. Son air de « mademoiselle je fais tout ce qu’on me dit sans rechigner » lui tapait atrocement sur les nerfs, mais la voix du copilote annonça la descente de l’avion pour Rome, et que pour cette raison, les passagers se devaient d’attacher leur ceinture. Après le cours qu’ils avaient eu au début du vol, personne n’avait oublié comment faire. Pendant une demi-heure, on leur avait montré l’importance de suivre les règles que leur dictait le commandant, et que ça serait presque mortel de ne pas les suivre. En soupirant, Calypso attrapa les deux lanières de sa ceinture et s’attacha. Elle frôla ainsi la main d’un autre passager, assis à sa droite, qui s’était sans doute intéressée à sa charmante voisine dès qu’elle avait fait son apparition. « Alors, on va à Rome hein ? » Quoi de plus stupide pour commencer une conversation. Il ne devait pas être très entrainé pour draguer les filles dans un lieu qu’il ne connaissait pas. Calypso se tourna néanmoins vers lui, avec un air faussement innocent et ses lèvres tirés dans un petit sourire timide. C’était l’occasion de s’amuser un peu avant d’atteindre le sol. L’inconnu sembla satisfait, peut-être se disait-il qu’il avait une touche. Si seulement il pouvait se voir avec cette petite flamme dans les yeux, ça donnait tellement envie de rire à la jeune fille qu’elle devait se forcer à ne pas délier ses lèvres. « Vous venez en Italie pour combien de temps ? » « Je ne sais pas encore, peut-être quelques mois. Je viens passer mes vacances ici. C’est la première fois que je vais passer plus de deux semaines en Italie d’ailleurs. Et j’avoue que… » elle se rapprocha de lui, en battant des cils comme elle savait si bien le faire. Encore quelques secondes et il tombera forcément sous son charme. « Si vous venez d’ici, un guide ne serait pas de refus. » Son parfum venait lui chatouiller les narines, et elle fit mine d’être hypnotisée par son odeur. Tout de même, il avait bon goût en matière de parfum de marque, elle pouvait presque sentir du Dolce&Gabana, si la légère odeur de renfermé dut au vol ne venait pas tout gâcher. Elle pouvait lire dans son regard qu’il était plus que ravi de la tournure que prenait la situation. Il se pencha vers elle, comme si cette conversation devait rester secrète entre eux, et ne devait absolument pas s’ébruiter. « Vous avez de la chance, je connais Rome comme ma poche. » Il posa sa main sur la sienne. C’était exactement ce qu’elle avait prévu. Un jeune italien de retour dans sa ville, et avec une jeune fille américaine dans les bras. De quoi pouvait-il rêver de plus ? De plus, il était tombé sur une belle américaine. Pendant qu’il lui expliquait comment cela se faisait-il qu’il connaissait la ville aussi bien, Calypso imaginait déjà la suite de la scène. Dans l’aéroport. Elle cherchera ses valises, en compagnie de son guide, et se précipiterait sur Flynn pour l’embrasser à pleine bouche. Elle ne voulait absolument pas raté le visage de l’italien lorsqu’il la verrait ainsi dans les bras d’un autre. Sa proie se sera aussi vite envolée qu’elle ne s’est fait piéger dans ses filets. Elle riait déjà intérieurement de ce dénuement, qui dégoutera sans doute l’inconnu des américaines pendant deux ou trois jours. Avant de retomber dans le piège d’une autre. Soudain, le pilote leur parla à travers le micro, demandant à ses passagers de s’assoir sur leur siège, et de s’accrocher quelque peu pour l’atterrissage. L’autre voisin de Calypso, celui qui avait tant aimé le film, avait viré au blanc linge, et n’était vraiment pas dans son assiette. Elle s’en serait moquée, si elle n’avait pas peur qu’il rende son déjeuner sur elle. Elle indiqua donc son malaise le plus vite possible à l’hôtesse insupportable, et elle le déplaça très rapidement. L’italien lui prit la main – décidément ils sont très tactiles ces italiens – et lui susurrait à l’oreille qu’elle n’avait pas besoin d’avoir peur qu’à il était là, d’une voix mielleuse qui aurait du être attendrissante. Calypso referma ses doigts dans les siens, pour faire bonne figure.

« Où allons-nous très chère ? » Ce jeu devenait sérieusement à la lasser. Il ne l’avait pas lâché d’une semelle depuis qu’ils avaient quittés l’avion, et il n’arrêtait pas de se coller à elle, sans doute pour qu’elle tombe sous le charme de son corps d’athlète. Si seulement il savait ce qui l’attendait, il ne ferait pas autant son fier. Calypso cherchait Flynn du regard, sachant pertinemment qu’il ne devrait pas tarder. Après tout, ils étaient soi-disant ensemble depuis leur seize ans. Elle l’avait trouvé à son goût, et assez bon au lit, mais rien de plus. Mais lui s’accrochait comme un naufragé à une bouée. Il ne cessait de lui envoyer des mails, auxquels elle ne répondait pas. Du moins, jusqu’à il y a encore quelques semaines, pour être certaine de pouvoir habiter chez lui et non dans un hôtel miteux et sans intérêt. Il n’avait pas marché, il avait couru. Et au galop. Balayant le hall de l’aéroport, elle l’aperçue soudain un peu plus loin, à une quinzaine de mètres d’elle. Elle ne put s’empêcher d’afficher un immense sourire lorsqu’elle vit qui l’accompagnait. Elle l’avait vu, à en croire la mine de surprise qui envahissait son petit minois de petite innocente. Elle ne devait pas s’attendre à la voir ici. Et encore moins de l’observer en train de se ruer vers Flynn, en criant son nom, et en lâchant sa valise au moment où le jeune homme la prit amoureusement dans ses bras. Ezra et l’autre italien devaient être choqués à un point inimaginable, et ça amusait beaucoup Calypso. Et pour ajouter une petite touche d’humeur dans sa petite scène, elle se mit sur la pointe des pieds et embrassa Flynn. Du coin de l’œil, elle vit que sa demi-sœur était sur le point de s’évanouir. « Eh ouais chérie, même à des milliers de kilomètres de chez nous, je suis encore capable de m’amuser avec toi. » Elle sentait les mains de Flynn dans son dos, l’attirer un peu plus contre lui, alors qu’elle passait ses bras autour de son cou. Elle était bien sûr au courant de la présence de la petite pimbêche dans l’appartement de son pseudo petit ami. Grâce à celui-ci d’ailleurs, et il lui avait même envoyé ‘J’espère que vous vous entendrez bien’. Mais manifestement, sa demi-sœur ne devait pas connaitre l’identité de sa petite amie pour tirer une tronche pareille. Encore un peu, et les mouches pourront former un habita dans sa bouche, tellement elle était grande ouverte. Elle stoppa le baiser et reporta son attention sur Flynn. Il était aux anges. « Je suis si contente de te voir ! Tu ne peux pas savoir comme tu m’as manqué ! » Elle avait prit un air presque hystérique pour témoigner de sa joie. Bien sûr, il goba tout. Comme il avait tout gobé lors de leur rencontre. « Moi aussi ma chérie. J’ai compté les heures jusqu’à ton arrivé. » Il n’avait pas perdu de ses paroles mignonnes envers la femme qu’il aimait. Ça amusait quelque peu la jeune fille, bien que ça l’attendrissait. Pas au point de tomber vraiment amoureuse de lui, bien évidemment. C’est alors qu’elle fit mine d’apercevoir la présence d’Ezra. Elle se détacha donc du jeune homme, et se précipita vers sa demi-sœur. « Raiponce ! Je ne m’attendais pas à te voir là ! » Elle était tétanisée dans ses bras. Elle pouvait très bien imaginer que ses vacances qui avaient sans doute si bien commencées, n’allaient plus être de tout repos à présent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AGE : Dix-huit ans
MESSAGES : 57
ARRIVÉE LE : 21/07/2011
EMPLOI : Étudiante en lettre moderne anglaise

ADRESSE : Je sais pas
QUOTE : « quand je lancerais la mutinerie des patients, voldemort sera le premier à trinquer »
AVATAR : nina dobrev
POINTS : 4

MessageSujet: Re: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   Lun 29 Aoû - 18:29

Oh mon adorable demie-sœur x)
Bienvenue x)



lately i've been stuck imagining what i wanna do and what i really think time to blow out be a little inappropriate 'cause I know that everybody's thinking it when the light's out shame on me to need release uncontrollably
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AGE : dix-neuf ans
MESSAGES : 15
ARRIVÉE LE : 29/08/2011
EMPLOI : étudiante en journalisme
ADRESSE : je vis chez mon petit-ami
QUOTE : Jamais nous ne sommes plus vulénrables à la souffrance que lorsque nous aimons, jamais nous ne sommes plus impuissants dans le malheur que lorsque nous avons perdu l'objet aimé ou l'amour de celui-ci.
AVATAR : Leighton Meester
POINTS : 16

MessageSujet: Re: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   Lun 29 Aoû - 18:45

Merci ma demi-sœur que j'aime fort
Et j'ai terminé ma présentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sara T. Giolitti
V.O.X P.O.P.U.L.I

AGE : 24 ans
MESSAGES : 1913
ARRIVÉE LE : 01/03/2009
EMPLOI : Pour l'instant je me consacre à ne rien faire. C'est bien aussi.
ADRESSE : 25 via s. maria sopra minerva - Parione, Palatin.
QUOTE :


"cette fille, c'est un prédateur déguisé en caniche"

AVATAR : kristen stew
POINTS : 576

.
ARE U IN MY CELLPHONE:
STATUT: Marié(e)
DISPO POUR UN SUJET ?: pas pour l'instant.

MessageSujet: Re: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   Lun 29 Aoû - 18:54

Si ça convient à Raiponce, ça me plus que convient à moi (vive le français de ma phrase).
btw, bienvenue !!! (j'en oublie presque les bonnes manières.)



Principessa Sara Giolitti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citta-eterna.bbactif.com/t1391-sara-9670-et-ta-debauche-n

AGE : Dix-huit ans
MESSAGES : 57
ARRIVÉE LE : 21/07/2011
EMPLOI : Étudiante en lettre moderne anglaise

ADRESSE : Je sais pas
QUOTE : « quand je lancerais la mutinerie des patients, voldemort sera le premier à trinquer »
AVATAR : nina dobrev
POINTS : 4

MessageSujet: Re: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   Lun 29 Aoû - 19:01

moi ça me convient aussi (a)



lately i've been stuck imagining what i wanna do and what i really think time to blow out be a little inappropriate 'cause I know that everybody's thinking it when the light's out shame on me to need release uncontrollably
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sara T. Giolitti
V.O.X P.O.P.U.L.I

AGE : 24 ans
MESSAGES : 1913
ARRIVÉE LE : 01/03/2009
EMPLOI : Pour l'instant je me consacre à ne rien faire. C'est bien aussi.
ADRESSE : 25 via s. maria sopra minerva - Parione, Palatin.
QUOTE :


"cette fille, c'est un prédateur déguisé en caniche"

AVATAR : kristen stew
POINTS : 576

.
ARE U IN MY CELLPHONE:
STATUT: Marié(e)
DISPO POUR UN SUJET ?: pas pour l'instant.

MessageSujet: Re: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   Lun 29 Aoû - 19:03

Alors je valide avec plaisir !
Bienvenue dans la bande, le forum est encore un peu en chantier, mais tout sera fini dans la semaine.



Principessa Sara Giolitti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citta-eterna.bbactif.com/t1391-sara-9670-et-ta-debauche-n

AGE : 24
MESSAGES : 270
ARRIVÉE LE : 07/03/2011
EMPLOI : Chef de Cabinet Parti Démocrate
ADRESSE : Pigna
QUOTE : uc
AVATAR : travis davenport
POINTS : 165

.
ARE U IN MY CELLPHONE:
STATUT: Brisé(e)
DISPO POUR UN SUJET ?: oui

MessageSujet: Re: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   Lun 29 Aoû - 21:04

Rah je suis pas croyable, faut que j'arrête de me tromper de compte ^^ Je reprends donc. Fiche très agréable à lire, je te souhaite la bienvenue parmi nous et espère avoir le droit à un petit lien Wink

(Cette fois c'est la bonne. Trop de Champagne)



    baby do you understand me now, sometimes i feel a little mad but don't you know that no one alive. can always be an angel when things go wrong i seem to be bad but i'm just a soul whose intentions are good oh lord please don't let me be misunderstood baby sometimes i'm so carefree with a joy that's hard to jude and sometimes it seems that all i have do is worry then you're bound to see my other side but i'm just a soul whose intentions are good. oh lord please don't let me be misunderstood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://citta-eterna.bbactif.com/t1407-julian-991-i-still-reach-f
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition   

Revenir en haut Aller en bas
 

CALYPSO ♣ L'abominable garce fait son apparition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Darkness la dimoret fait son apparition!
» Atsugi Yuzu, la petite soeur de Reiko Yuzu fait son apparition ! [Terminée]
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CITTA ETERNA ::  :: 
❝NAISSANCE DU PERSONNAGE
 :: "Vaffanculo cazzo !!" ça y est, t'es un vrai !
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Mondes parallèles